Sign in
Download Opera News App

 

 

Tanda : un orpailleur viole une élève et s’enfuit. Il est activement recherché par la Police

Les forces de Police de Tanda sont déterminées à mettre fin à la cavale de l’indélicat Ali (image d’archives).

La vie de B. A a brusquement basculé il y a quelques jours lorsque le nommé Ali a décidé d’assouvir ses bas instincts à son détriment. Cet orpailleur clandestin d’origine burkinabé a pendant plusieurs jours séquestré et abusé de cette jeune élève à Tanda (à 350 km, au Nord-Est du pays, dans la région du Gontougo).

Selon les informations qui nous sont parvenues et que nous avons recoupées sur place à l’hôpital général et auprès du Centre social de la ville, l’acte ignoble du nommé Ali débute le lundi 20 Septembre 2021. En voici quelques détails.

Ce jour-là, après la prière du matin, la nommé B. A. âgée de 18 ans, élève en classe de 3ême au lycée municipal de Tanda et habitant le quartier Château de la ville, s'est rendue à 05h 45 minutes à la pompe pour se procurer de l'eau. 

La jeune élève a immédiatement été prise en charge par l’hôpital général (image d’archives).

A son arrivée, toujours selon ce que nous rapportent nos sources, le nommé Ali, orpailleur clandestin, de nationalité burkinabé, maîtrise la jeune fille sous la menace d'une arme blanche et la conduit à son domicile situé non loin de là. Il la ligote, la séquestre et l’endort à l’aide de produits divers, comme le confirme l’examen médical réalisé par la suite sur la jeune élève. L’indélicat individu abuse alors d’elle. Et cela pendant plusieurs jours.

Constatant la disparition de sa fille, la mère alerte les autorités de la Police et la Gendarmerie de Tanda qui lancent immédiatement des avis de recherche. 

Une vue de l’établissement scolaire de B. A (image d’archives).

Le calvaire de la petite B. A prend fin ce samedi 25 Septembre 2021, soit 06 jours après, lorsqu’une voisine du quartier, attiré par l'attitude suspecte du nommé Ali, informe la génitrice de l’élève qui, à son tour, en avise le Commissariat de Police.

Nos sources poursuivent en révélant qu’une fois sur les lieux, les policiers défoncent la porte du domicile du quidam. Leur acte porte ses fruits puisqu’ils découvrent avec stupéfaction la jeune fille gisant au sol dans la chambre de l’orpailleur clandestin dans un état d'inconscience.

B. A a été conduite aussitôt à l'hôpital général de Tanda, tout proche, où elle a reçu les premiers soins. Elle y est toujours internée, selon le directeur du Centre social que nous avons interrogé au téléphone ce midi. Son était est stable.

Espérons que les éléments du Commissariat de Police de Tanda retrouvent rapidement le quidam (image d'archives).

Quant au nommé Ali, il court toujours. Les recherches des différentes forces de sécurité n’ont pas encore permis de mettre le grappin sur lui. L’un de ses proches est, lui, aux mains de la Police. Car, ayant appris la présence des enquêteurs de la Police à son domicile et prévoyant surement de s’enfuir, Ali l’a dépêché à son domicile afin de lui apporter de l’argent et quelques effets vestimentaires.

Malheureusement pour ce dernier, il est tombé dans les filets de la Police. Une enquête est ouverte pour retrouver activement le malfrat.

Rappelons que l’état de santé de la petite B. A est sous contrôle. Les différentes prises en charge prévues dans le cas d’espèce ayant été faites.

Ces actes ignobles de Violences basées sur le genre (VBG) sont devenus monnaie courante ces derniers temps dans le département de Tanda.

Affaire à suivre !

Patrick Russel

Content created and supplied by: Patrick_Russel (via Opera News )

tanda

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires