Sign in
Download Opera News App

 

 

Mariam Koné : " Je n'ai jamais consommé la drogue", découvrez toute son histoire avec Denco

Mariam Koné, l'ex-compagne de Petit Denis alias Denco, a décidé de tout dévoiler sur leur relation. Depuis les premières heures de ce lundi 24 mai 2021, les révélations de la go de galère du zouglouman font le tour de la toile. Pour ce qui concerne la question sur sa consommation à la drogue, Mariam Koné avoue n'avoir jamais touché à cette substance. De ce part, découvrez toute l'histoire sur sa relation avec Petit Denis alias Denco.

"Je n'ai jamais consommé la drogue...

Petit Denis demeure un frère pour moi". 

"J'ai fait la rencontre de Petit Denis en 2006. Au départ, c'était une admiratrice qui voulait apporter un soutien à son artiste préféré. Parce que quand j'ai rencontré Petit Denis, il n'était pas dans un bon état. Je travaillais déjà. Après quelques réticences, il s'est confié à moi. Alors, je lui ai proposé de venir vivre avec moi dans mon appartement au sein de notre cour familiale. Au départ, mon père n'approuvait pas cela. Mais j'ai réussi à convaincre papa de l'aide que je voulais apporter à Denis.

Quand mon chéri d'alors a appris cela, il a rompu avec moi. L'année qui a suivi notre rencontre en 2007, jai accompagné Petit Denis à un spectacle à San Pedro. Il a eu des démêlés avec les organisateurs.   il a été mis derrière les barreaux. Je suis restée à ses côtés pendant les deux semaines qu'a duré son incarcération. J'ai même perdu mon boulot pour cela. Dieu merci, quelque semaines après notre retour sur Abidjan, mes responsables ont accepté que je reprenne le travail.

Ma relation avec Petit Denis a duré 10 ans. Nous nous sommes séparés fin 2017 début 2018. Nous n'avons pas pu avoir d'enfants. Quand je connaissais Petit Denis, il était déjà atteint d'addiction. Avec un tel état, Petit Denis était instable. Il n'était jamais là au moment opportun. Mais ce que les gens ne savent pas, c'est que Petit Denis, en étant avec moi, a eu deux enfants dehors. Ça, personne ne s'en est plaint. Être avec une femme qui s'occupe de toi, qui se bat pour que tu te retrouves et lui faire des enfants dans son dos! Mais quand il s'agit de moi, les jugements, les interprétations ont fusé de partout. Alors que je n'étais plus avec Petit Denis quand j'ai eu ma fille. 

Mais malgré tout cela, je suis restée aux côtés de Petit Denis dans l'espoir qu'il se retrouverait.  Je l'ai même accompagné dans un centre en Italie quand le ministre Ble Goudé a décidé de l'aider. Mais  

Petit Denis sombrait toujours. Contrairement à ce qui se raconte, je ne consomme pas la drogue. Donc, jamais je n'ai encouragé Petit Denis dans la consommation de la drogue. À un moment donné, j'étais épuisée. Petit Denis l'a constaté lui-même. J'étais devenue réticente parce que souvent, je délaissais le boulot. Je prends ma voiture pour chercher Petit Denis dans la ville pour le ramener à la maison. Il arrivait parfois où, en tant que femme, j'avais besoin de m'occuper de moi. Car je souffrais intérieurement. Je n'avais personne à qui me confier. Je mourais à petit feu, j'avais besoin de me sentir aimée. J'avais aussi besoin d'être heureuse. En ce moment-là, quel que soit l'homme que j'allais rencontrer, je me serais jeté dans ses bras car j'avais besoin d'affection.  C'est ainsi qu'après ma rupture avec Petit Denis, je me suis remis dans une autre relation. Dieu m'a fait cette grâce d'être mère d'une fille. Mais j'avais toujours l'espoir que Petit Denis s'en sortirait. Enceinte de 3 mois, j'ai aussi accompagné Petit Denis en Europe pour d'autres soins grâce à Dao L'Argent. 

Après l'amour, ce n'est pas la guerre. Même quand on veut faire la guerre, il faut la faire avec une personne qui est bien portante. Ce qui n'est pas le cas de Petit Denis. Donc, nous sommes restés toujours en contact. Nous nous appelons. Mon souhait, c'est que Petit Denis se retrouve".


Serge Pacôme Didi-media prime

Source : First Magazine sur Facebook

La voix blanche

Content created and supplied by: La_voix_blanche (via Opera News )

denis alias denco koné zouglouman

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires