Sign in
Download Opera News App

 

 

Vente d’articles sur la voie publique: des risques pour le vendeur et l’acheteur

Une loi de la république prise pendant que Laurent Gbagbo était au pouvoir,  interdit les ventes à la crié sur les voies publiques et dans les carrefours dans toutes les villes de la Côte d’Ivoire. 

Cette loi a été suivie. La police confisquait les marchandises qu’elle prenait au vendeur. Elle avait un côté restrictif qui n’a jamais été appliqué. Le suivi n’a plus été fait.

Aujourd’hui, tous les carrefours d’Abidjan pullulent  de vendeurs ambulants avec toutes sortes d’articles de marques ou de contre façon. A l’évidence,ce commerce ouvre le marché ivoirien aux produits contrefaits. La preuve, vous achetez un produit à un feu tricolore dans un carrefour, le lendemain, il ne marche plus. Pis le vendeur a disparu. Mais devant la loi, on ne peut pas le poursuivre parce que c’est sa parole contre la vôtre. 

L’autre élément, c’est que les produits vendu aux abords des routes échappent au fisc et ils n’ont aucune garantie. 

Plus grave, parmi ces vendeurs se cachent des voleurs et des braqueurs. Mme Koffi Leonpoldine explique qu’un soir, alors qu’elle se rendait à son domicile, à un feu, un braqueur a ouvert la portière de son véhicule et y a soustrait avec force son sac à main contenant diverses objets importants. 

Ce commerce sur la voie publique expose aussi les vendeurs eux-mêmes à des dangers. Plusieurs fois, certains ont été victimes d’accidents.

Qu’a attend le gouvernement pour agir devant cette situation qui met en danger les populations et qui tue l’économie ?

Djok Jr

Content created and supplied by: Djok (via Opera News )

laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires