Sign in
Download Opera News App

 

 

L’ex-garde du corps de Dogbo Blé blanchit Guéi : "Nous n’avons pas trouvé d’assaillants chez lui"

Dans son enquête massive sur l’assassinat du Général Robert Guéi, le journal d’investigation Ivoir’Hebdo, a donné la parole dans l’acte 1, à un ancien garde du corps de Bruno Dogbo Blé. Celui-ci a fait des révélations lors du procès qui a eu lieu en février 2016, au tribunal du Plateau.

A l’occasion des 19 ans de l’assassinat, le 19 septembre 2002, du Général Robert Guéi, de son épouse Rose Doudou Guéi et d’une partie de sa garde rapprochée, le journal Ivoir’Hebdo a décidé de revenir sur cette affaire. C’est ainsi que le journal a ouvert une lucarne sur les déclarations de l’adjudant Kouadio Kouadio, qui était l’aide de camp et garde du corps, au moment des faits, du chef de corps de la garde républicaine, à savoir Bruno Dogbo Blé.

« Le prévenu, décrivant la suite des événements qu’il a personnellement vécus, affirme que Séka Séka était à bord du VAB, « à bord duquel était monté le Général Guéi. « Plus tard, nous avons vu que ce véhicule était stationné en face de la résidence du Général », précisant qu’une fois arrivés sur place, « Nous n'avons pas retrouvé d'assaillants dans la maison, mais des hommes du Général Robert Guéi à qui le capitaine Séka a intimé l’ordre de sortir », relate Ivoir’Hebdo. 

Le journal d’interroger : « Se sent-il coupable d’avoir participé à l’assassinat de Robert Guéi et de ses proches ? La réponse de l’adjudant est sans ambages : « On a dit de retrouver le Général Guéi parce qu'il était en complicité avec les assaillants. C'est ce que les chefs ont dit. Je ne m'attendais à rien du tout. Je ne peux pas prévoir la réaction de mes supérieurs ». 

Rappelons que le 19 septembre 2002, le Général Robert Guéi, soupçonné d’être l’instigateur des mutins, avait été arrêté à la cathédrale puis retrouvé mort au niveau de la Corniche, en allant au Plateau.

Content created and supplied by: Ivoir'Soir.net (via Opera News )

bruno dogbo guéi général robert guéi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires