Sign in
Download Opera News App

 

 

Yves de M'Bella à la potence, la grosse hypocrisie !

Sous les chaumières et sur la toile on ne parle plus que de ça, depuis la fameuse soirée du lundi 30 août. À entendre les propos et nombreux commentaires, ceux qui n'ont pas vu l'émission seraient même tentés de savoir ce qui s'est réellement passé sur le plateau de La Télé d'Ici Vacances. Une émission présentée par Yves de M'Bella, qui recevait pour l'occasion un personnage décrit comme un ex-violeur, une bien sombre réputation. Passons les diverses interprétations qui s'ensuivent. Et voyons les choses un peu plus froidement. Sauf erreur, entre la diffusion de l'émission dans la soirée de lundi et mardi 31 août, le nombre d'abonnés sur la page de la chaîne a paradoxalement grimpé, passant d'environ 310 mille à 311 436 (au moment où nous écrivons ces lignes). Cela en moins de 24 heures. C'est le Problème de la Belle au bois dormant, un paradoxe mathématique que les scientifiques connaissent bien. Serions-nous devenus des masochistes ? L'hypocrisie à l'Ivoirienne !

Si la réaction des femmes se comprend aisément, il a fallu cet épisode pour que les langues se délient et que des prétendus défenseurs de la cause féminine ou pseudos féministes sortent de nulle part pour dicter la morale. Qui sont les bourreaux des femmes violées dans nos sociétés ? Les hommes, bien sûr. 

Il est bien connu que les agressions à l'égard de la femme ne sont pas que sexuelles. Elles sont aussi psychologiques, morales, physiques... Tous ceux qui ont déjà insulté une femme, harcelé à coup de messages ou d'appels pour avoir une relation, humilié d'une manière ou d'une autre, etc., se retrouvent subitement une âme d'éducateur à la faveur de cette bévue de NCI. Car c'en est une, et loin de nous l'idée de la justifier encore moins de l'encourager.

Cependant, nous savons tous ce qui se passe sous nos tropiques. Dans certains foyers, où les femmes sont battues, humiliées devant leur progéniture, victimes pour la plupart de blessures physiques ou psychologiques. Il suffit de faire un tour dans les centres d'écoute de nos communes, pour se rendre compte de cette triste réalité. 

Selon des données de l'UNFPA en 2007, au moins une femme sur quatre (c'est-à-dire 25%) a été victime de violence sexuelle en Côte d'Ivoire. Les chiffres peuvent être vérifiés aisément par ceux qui le souhaitent, rien qu'en se rendant sur le site internet de l'organisation. Est-ce Yves ou une seule personne qui a violé toutes ces femmes ?

Yves de M'Bella a eu le malheur de présenter une émission dont le sujet est très sensible et pourrait réveiller de vieux souvenirs. Surtout pour les femmes qui ont subi des traumatismes liées à cette forme d'agression, vu que l'émission avait l'air d'en faire l'apologie. Alors qu'en principe, l'objectif était certainement de la dénoncer. Cela aurait pu se faire par exemple, à travers une conclusion du présentateur en toute fin d'émission, en invitant notamment le public à dénoncer toute forme de harcèlement ou de violence à l'égard de la femme. 

En chaque homme sommeille un violeur potentiel, un pervers narcissique... Il suffit de prêter attention aux propos misogynes que certains tiennent dans les quartiers entre amis, pour s'en rendre compte. Dans nos rues, on voit tous comment certaines personnes interpellent les femmes dans les rues. Ça, personne n'en parle, puisque l'hypocrisie semble être l'une des valeurs les mieux partagées chez nous. Si toutes les femmes devaient s'exprimer et dénoncer leurs bourreaux ici, il y aurait sûrement de belles surprises. Yves de M'Bella et NCI ont permis d'ouvrir le débat. Faut-il les brûler pour autant ? 

Sans cautionner ce qui s'est passé sur le plateau, évidemment tous ceux qui n'aimaient pas la tête du présentateur, sa façon d'animer, profitent de l'occasion pour vomir leur haine. Yves a mis sur la table un sujet tabou dans nos sociétés. Oui, la scène de simulation du viol est choquante. L'orientation du sujet est à dénoncer. La vague d'indignation se comprend. La direction de la chaîne s'en est d'ailleurs excusée. Cela arrive parfois même aux plus grandes chaînes en Europe de faire des erreurs. Nul n'est jamais trop parfait. À chacun d'être son propre gendarme. Il se passe des faits hautement plus dramatiques dans ce pays sans que personne ne bronche. Pour une émission de télé, c'est la vendetta populaire contre un seul individu qui croyait attirer l'attention sur un mal. Trouvez l'erreur.

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

yves de m'bella

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires