Sign in
Download Opera News App

 

 

Sécurité routière/phase de répression: policiers et transporteurs en profitent pour s'enrichir ?

Le nombre de victimes dû aux accidents de la route n'a cessé de s'accroître d'année en année. Cet accroissement imputable à l'état des véhicules d'une part et de la méconnaissance des codes de la route ainsi que la conduite en état d'ivresse d'autre part a été fortement condamné par l'État.

Commencé par une phase de sensibilisation sur la sécurité routière, l'État de Côte d'Ivoire est maintenant passé à l'offensive ce 07 septembre à travers la phase de répression où plusieurs mesures ont été adopté notamment la mise en place de la vidéo-verbalisation.

En outre les tricycles sont interdits des 2x2 et 2x3 voies, des routes nationales, des boulevard, etc. Quant aux deux-roues (motos), il faut avoir un permis de catégorie A, porter obligatoirement un casque pour toute personne sur l'engin, disposer de rétroviseurs convenablement déployés...

Si ces différentes mesures sont à saluer, car permettent de fluidifier le trafic routier et de sauver des vies, les policiers et transporteurs l'utilisent pour s'enrichir sur le dos des populations au grand dam de ceux-ci.

En effet depuis la phase répressive, la SICTA enregistre de plus en plus de véhicules, ou bien certains ne circulent carrément plus. Cette situation fait que dans la capitale il y a moins de véhicules sur les routes, et c'est ce manque qui encourage les automobilistes à augmenter les tarifs habituels au désarroi des populations.

Les policiers également ont intensifier les contrôles et ne laisse plus rien passer. Vu le climat qui leur est favorable actuellement, eux aussi profitent pour racketter à outrance.

LIV-3.0

Content created and supplied by: LIVOIRIEN-3.0 (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires