Sign in
Download Opera News App

 

 

Procès d'Amédé Ouérémi : comment le chef milicien a failli ridiculiser l'un des témoins ce jeudi

Depuis ce mercredi, le procès sur les tueries de Duékoué s’est ouvert à Abidjan. Amadé Ouérémi qui est le seul à être poursuivi pour le moment doit faire face à une vingtaine de chefs d’accusation. Mais celui qui refuse d’être considéré comme un chef milicien ne veut pas couler seul.

Parmi la vingtaine de chefs d’accusation retenus contre Amadé Ouérémi, on peut citer les crimes de « génocide », « crimes de guerre », « assassinat », « viol », « attentat » ou encore « extorsion ». Ce jeudi, au deuxième jour de son procès, l’ancien seigneur du Mont Peko a failli ridiculiser l’un des témoins qui disait le connaitre. C’est le journaliste Moïse Yao qui en fait un compte-rendu. « Amadé Ouremi (sic) tente de confondre un témoin : "Ce monsieur ne me connaît pas. Il dit que j'ai trois femmes. Moi je n'ai pas trois femmes, j'ai six femmes" (bruits dans la salle, le juge met de l'ordre) » a rapporté le journaliste.

Au deuxième jour de son procès ce jeudi, Amadé Ouérémi s’est défendu, comme hier, de toute idée génocidaire indiquant que la mort d'environ 800 personnes le 29 mars 2011 est la conséquence logique de la guerre. Mieux, le milicien soutient qu’il est intervenu dans la ville sous ordre du commandant Losseni Fofana « pour protéger les populations » face aux jeunes qui avaient décidé de réduire Duékoué en cendres. 


Dégnimani Yéo


https://twitter.com/yaomoisekatumbi/status/1375126515155824640?s=19

Content created and supplied by: Dégnimani_Yéo (via Opera News )

abidjan procès d'amédé ouérémi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires