Sign in
Download Opera News App

 

 

Affaire ‘’Gbagbo condamné à 20 ans’’ : La CPI, l’arme de Gbagbo pour faire reculer le pouvoir ?

Définitivement acquitté par la Cour Pénale Internationale (CPI) le 31 Mars dernier, l’ex chef d’état Ivoirien, n’en a pas pour autant fini avec les ennuis judiciaires. Le Gouvernement Ivoirien, par la voix de son porte-parole, le ministre de la communication, Amadou Coulibaly, le rappelait avec insistance ce Mercredi 20 Octobre à l’issue du conseil des ministres, et ce en réponse aux propos de l’ancien dirigeant Ivoirien, qui récusant la veille, sa condamnation à 20 ans de prison pour crimes économiques prononcé par la justice Ivoirienne en 2018, affirmait sur les antennes de France 24 : ‘’Je n’ai jamais braqué une banque. Moi, je ris et je dis que c’est une mauvaise plaisanterie’’.

 

Pour le Gouvernement du RHDP, ‘’Mr Laurent Gbagbo a beau être étonné mais il demeure poursuivi devant la justice ivoirienne’’. Pour l’instant, la situation judiciaire de l’ancien chef d’état, demeure controversée. Mais, le président du PPA-CI tient peut-être un argument de taille qui pourrait lui servir de contrepoids dans d’éventuelles négociations face à Alassane Ouattara.

 

L’on se souvient que dès son retour, en Juin, il invitait la justice internationale à poursuivre ses enquêtes dans le camp du pouvoir, pour dénicher de potentiels responsables des tueries de la crise postélectorale de 2010-2011.

Les propos de Laurent Gbagbo sont à prendre au sérieux d’autant plus qu’un mois auparavant en Mai de cette année 2021, l’ex procureure de la CPI, la Gambienne, Fatou Bensouda, annonçait dans une interview accordée à Tv5 Monde, que ‘’la CPI a commencé son enquête dans l’autre camp (Ndlr : Camp Ouattara)’’. Les mois s’égrènent et rien ne filtre sur la procédure en cours.

 

Cependant, les résultats de ces enquêtes qui pourraient chambouler tous les calculs dans la perspective de 2025, pourraient se voir limités dans leur exécution en cas d’aboutissement du processus de décrispation sur place en Côte d’Ivoire. C’est peut-être là, le véritable enjeu d’une accélération du dialogue politique inclusif.

 

Car l’on peut imaginer aisément que tel qu’annoncé dès son retour à Abidjan, une tentative de mise en branle de sa condamnation de Janvier 2018 à des fins politiques, pourrait inciter Laurent Gbagbo à revenir sur son appel à la CPI à enquêter dans le camp d’en face. Ce qui n’est pas de bonne augure.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

cpi gbagbo laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires