Sign in
Download Opera News App

 

 

Yop Siporex : attention au mode opératoire de certains pousseurs de brouette, addicts aux agressions


Au cours de la première semaine du mois d'Avril, un homme, venu du village et faisant escale à Yopougon Siporex après de longues heures de voyage, se fait accoster par de jeunes gens qui lui proposent de l'aider en transportant ses bagages, à la brouette. Il était loin d'imaginer que la bande de jeunes garçons était en réalité composée que de malfaiteurs. Ces derniers, de nuit, l'ont agressé avec des armes blanches en le dépouillant de la somme de 150.000 francs qu'il transportait avec lui. Puis ils se sont éclipsés. Mais au moment de disparaître, l'un d'entre eux a hélé son ami par ces mots : « Jordan, on s'en va ! »


La victime est allée se plaindre au commissariat, avec un seul nom comme indice : Jordan. Jamais il n'aurait pensé que cette piste suffirait à remonter à celui qui porte cette appelation. En effet la Police s'est rendue à Siporex en vue de faire son enquête. Il s'est trouvé qu'il y a un jeune garçon de 20 ans surnommé Jordan par ses amis et qui exerce comme pousseur de brouette dans la zone de la gare routière. Il s'est fait une réputation de caïd parmi ses autres collègues pousseurs de brouette qui, à des moments, se servent de leur outil de travail comme appât aux voyageurs pour les dépouiller après avoir créé la proximité.


Jordan a été interpellé alors qu'il se trouvait dans un vidéoclub, dans les encablures de Siporex. Un témoin, interrogé par la Police, l'a formellement identifié comme faisant partie d'une bande d'agresseurs sévissant dans le quartier. Le témoin affirme avoir vu ce Jordan parmi les garçons qui ont spolié le villageois de ses 150.000 francs. La Police a emmené le suspect manu militari, le plaçant sous mandat de dépôt le 7 Avril. Au tribunal ce lundi 19 Avril où il est passé en jugement à 15 heures, le garçon de 20 ans peinait à se défendre. À l'état civil Diarrassouba, il a été trahi par son célèbre pseudo, Jordan, prononcé par l'un de ses complices le jour de leur sévice. Comme il devrait le maudire pour cette bourde !


Alors que le procureur a suggéré qu'on le condamne à 5 ans de cachot, le jury a décidé d'une condamnation à 1 an de prison pour le pousseur de brouette, et 50.000 francs d'amende.

***


Les enquêtes policières ont révélé que de jeunes pousseurs de brouette s'adonnent à des agressions à mains armées, à Siporex. La population doit donc se montrer prudente. Elle doit être observatrice. Dans toutes les corporations il y a des brebis galeuses tout comme des personnes honnêtes. Parmi les pousseurs de brouette de Siporex, il doit en avoir aussi un grand nombre qui vient excercer le métier de pousse-pousse de façon loyale, dans la dignité. Il ne faudrait pas que le sable des brebis galeuses gâte leur attiéké.


Louis-César BANCÉ

[email protected]



Content created and supplied by: LouisCésarBANCE (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires