Sign in
Download Opera News App

 

 

Révolte contre Macky Sall au Sénégal : "Ils ne vont pas lâcher d'un iota", prévient un journaliste

La déferlante de violences qui a secoué le Sénégal ce Vendredi 05 Mars, au lendemain de l’arrestation de l’opposant, Ousmane Sonko, en a surpris plus d’un à l’extérieur. 

Pillages systématiques de magasins, saccages de biens publics, violents affrontements entre forces de l'ordre et manifestants… Des scènes de chaos qu'on aurait imaginé partout ailleurs en Afrique, qu'au Sénégal. 

Visiblement, l'acharnement judiciaire sur le leader du PASTEF, accusé de violences sexuelles, n'est que la face visible de l'iceberg. D'autres facteurs diffus en dehors de la situation politique, pourraient expliquer cette montée d’adrénaline au pays de la Teranga. 

C’est l’analyse que fait Djiby Mbaye, journaliste de la rédaction du site actu221.net qui nous livrait son témoignage ce Samedi 06 Mars. Le confrère justifie cette poussée de fièvre par le sentiment d’injustice, la précarité sociale et ‘’les mesures restrictives du couvre-feu allant de 21 heures à 05 heures’’. 

Avant l’arrestation de Sonko qui a, semble-t-il, été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, ‘’il y’a eu beaucoup d’arrestations parmi les activistes et les lanceurs d'alerte qui croupissent en prison’’, nous rappelait-t-il. 

La chaude journée de ce Vendredi 05 Mars pourrait à l'en croire, être le point de départ d’un vaste mouvement de contestation. ‘’La jeunesse qui est sorti est déterminée à aller jusqu’au bout. Ils ne vont pas lâcher d'un iota’’, prévient Djiby Mbaye. 

Toujours selon le confrère, un calme précaire règne dans les rues de la capitale ce matin, même si à Bignona, dans la région de la Casamance au sud du pays, où un manifestant a été tué ce Vendredi, des heurts sont signalés entre manifestants et forces de l’ordre autour de la route nationale N°4.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

Sénégal

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires