Sign in
Download Opera News App

 

 

Effondrement d'un immeuble à Abobo : la mère de l'enfant décédé parle

S'il y a un phénomène qui est sur toutes les lèvres aujourd'hui en Cité d'Ivoire, c'est bel et bien l'effondrement de certains immeubles dans la métropole abidjanaise. Les médias ivoiriens et internationaux ont parlé du cas de Treichville et Angré qui ont enregistré plus de 10 victimes. Cela n'a rien à voir avec les cas précédents qui se sont déroulés auparavant dans des communes telles que Yopougon.

C'est donc dire que c'est un phénomène qui prend de plus en plus de l'ampleur et qui irrite la plupart des Ivoiriens, car en vérité ceux d'entre eux qui vivent à proximité des immeubles en construction ou déjà bâtis et habités craignent pour leur sécurité.

On en était là lorsqu'on apprend dans la journée du samedi 26 mars 2022 que le pan d'un bâtiment R+4 en construction s'est encore effondré dans la commune d'Abobo sur une cour contiguë au chantier plus précisément au quartier Houphouët Boigny faisant 4 victimes dont un enfant décédé.

Ainsi, pour en savoir davantage sur ce drame, la Nouvelle Chaîne Ivoirienne (NCI) a diffusé un reportage ce lundi 28 mars 2022 en donnant notamment la parole à la mère de l'enfant décédé. Et le moins qu'on puisse retenir, c'est que le témoignage de cette dame nommée Djénébou Fofana fait vraiment froid dans le dos.

Lisez plutôt "Il pleuvait donc les enfants étaient à l'intérieur. Nous étions tous au salon. Tout à coup, on a entendu un bruit "gboum". Je vois les briques sont en train de tomber de partout. Je tourne à ma droite, je ne vois plus les enfants. Les briques étaient sur eux . J'ai donc commencé à enlever les briques et il y a de mes enfants qui a commencé à crier "maman" je l'ai tiré et je l'ai bloqué sur la porte du salon. Le deuxième, lui était couché là-bas, une des briques a atteint sa tête donc il a commencé à saigner de partout. Je disais "Ayoub lève-toi, Ayoub lève-toi, Ayoub lève-toi, Ayoub ne se lève pas" comme pour dire qu'à partir de cet instant qu'elle avait compris que son petit garçon venait de les quitter à jamais.

Triste fin pour le petit Ayoub Diomandé élève en classe de CP2 et âgé seulement de 6 ans qui ne demandait qu'à aller à l'école comme tous ses camarades. Malheureusement, des constructeurs véreux au permis de construire douteux en ont décidé autrement.

Encore Yako à la famille éplorée et que Dieu reçoive Ayoub dans son Royaume céleste !

Nous espérons tout simplement que le gouvernement par l'entremise du ministère de la construction, du logement et de l'urbanisme viendra en aide à cette famille sans oublier d'interpeller le propriétaire de cet immeuble qui a arraché la vie à un môme et blessé 3 personnes.

Source : NCI

Yves Martial

Content created and supplied by: Yves_Martial (via Opera News )

Abobo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires