Sign in
Download Opera News App

 

 

Danièle Boni Claverie : " La société Ivoirienne toute entière doit marquer une pause..."

La présidente-fondatrice de l’Union républicaine pour la démocratie (Urd), Danièle Boni Claverie s’est exprimée sur la mime d’un cas de viol dans l’émission « Télé d’ici vacances » animée par Yves de Mbella. L’ex-ministre de la Communication a asséné ses vérités dans une publication digitale saluée par plusieurs membres de la société civile. 

« Jusqu’où ira la société Ivoirienne ? La mise en scène d’un acte de viol dont l’acteur principal serait un ex-détenu condamné pour viol, diffusée sur la chaine de télévision NCI et offerte à toute la Côte d’ivoire comme un objet de divertissement se révèle être d’un commerce ignoble ainsi qu’ une atteinte grave à la dignité humaine, à la morale, à l’état psychologique de toutes les personnes qui ont vécu un tel drame.                                                                                         L’Urd ne saurait tolérer une telle légèreté professionnelle de la part d’une chaine de télévision qui de surcroit est censée contribuer à l’éducation de notre jeunesse », a-t-elle décrié d’entrée.

Pour elle : « Ce sujet, aussi avilissant que traumatisant, vient encore rouvrir les plaies d’une société sans repères mais ravive aussi le souvenir non cicatrisé de pratiques cauchemardesques dont les femmes, les jeunes filles et les enfants sont les premières victimes lors des crises successives que nous avons connues. Au-delà de la personne de l’animateur incriminé et de son équipe, c’est la société Ivoirienne toute entière qui doit marquer une pause pour refermer la boite de pandore que nous avons ouverte depuis deux décennies ».

La ministre a aussi dénoncé plusieurs autres cas d’incivisme et de mauvaises gestions détériorant l’image du pays. « Avant - hier, c’étaient des soldats qui se mutinaient, n’acceptant d’entendre raison que contre des espèces sonnantes et trébuchantes qui ont coûté des milliards aux contribuables ivoiriens. Hier et aujourd’hui, ce sont les ‘’microbes’’, les soi-disant ‘’enfants en conflit avec la loi’’ qui passent au fil des machettes et utilisent des armes à feu contre les malheureux et honnêtes citoyens selon la dose de drogue ingurgité », dénonce-t-elle. Avant d’ajouter : « Tout récemment, ce sont des tonnes de cocaïnes saisies aux destinations inconnues… Aujourd’hui, ce sont des soupçons de détournements de deniers publics mis au grand jour par les média (FER, AGEROUTE, FDFP, AGEF pour ne citer que ces quelques exemples), sans compter la déliquescence de notre système éducatif et la promotion des antivaleurs sociales dans tous les compartiments de notre société. Que dire après tous ces scandales, ces atteintes à la dignité humaine, cette banalisation extrême de la violence exercée sur la personne humaine. Que dire… », explique-t-elle. 

Boni Claverie a affirmé qu’il est temps de traiter sans faux fuyant les problèmes de la Côte d’Ivoire. « Nous ne pouvons plus nous contenter d’en être spectateurs pendant que notre pays se noie. Il est temps de repenser la morale dans notre nation », conclut-elle. 

Aimé Dinguy’s N.

Content created and supplied by: AiméDinguy's (via Opera News )

danièle boni claverie

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires