Sign in
Download Opera News App

 

 

Les accidents de la circulation en Côte d'Ivoire

A l'orée de la fête de Pâques en Côte d'Ivoire à combien d'accidents de la circulation avec son corollaire de vies emportées, de blessures graves et légères ainsi que de véhicules cabossés et hors d'usage avons-nous assisté ? Bien malin celui qui pourra répondre avec exactitude à cette interrogation tellement le nombre est impressionnant et inquiétant. Du nord au sud, de l'est à l'ouest, aucune voie de circulation ou presque n'a été épargnée par l'inconscience et l'immaturité des chauffards. Les causes de ces accidents sont nombreuses et diverses. A commencer par l'attitude des chauffeurs qui "se chauffent" avant de prendre le volant à la drogue et à l'alcool notamment la boisson appelée Vody qui contient 18% d'alcool et aussi à des sachets contenant de la liqueur frelatée tels que "calao" et "striker" tout comme au carré de vin très prisé dénommé "bras môgô". Le comble dans cette histoire c'est qu'on retrouve ces boissons en vente aux abords des grandes voiries et à divers feux tricolores au vu et su de tous comme si cela était vraiment légal. Comme causes, on peut relever également l'ignorance du code de la route par bon nombre de chauffeurs qui ont leurs permis de conduire sans jamais avoir les pieds dans une auto-école. Ces derniers font donc les dépassements comme bon leur semble et conduisent selon leur compréhension de la chose. Et chose marrante les autorités laissent faire à commencer par nos forces de l'ordre qui régulent la circulation et qui abandonnent toutes charges retenues contre un chauffard en faute après apparition d'un petit billet de banque, toute chose qui nous amène aux drames auxquels nous assistons malheureusement et pour lesquels on semble compatir comme si on ne pouvait pas les prévenir. Enfin, une des causes et non des moindres est la mise en circulation ou mieux l'autorisation de la mise en circulation de ces guimbardes qui ressemblent plus à des voitures que nous voyons à la casse plutôt qu'à des véhicules de transport en commun. Ces véhicules n'ont de nom que par rapport aux quatres roues et au volant qu'ils comportent sinon pour le reste y monter c'est prendre son ticket d'avance pour Bonikro comme l'aime à le dire l'ivoirien lambda. Il est donc temps que nos autorités se penchent vivement sur ces différentes causes des accidents de la circulation pour trouver des solutions dans le but d'assainir le milieu du transport et permettre aux Ivoiriens d'effectuer des courses en véhicules en commun ou faire des voyages en toute quiétude, car voyager doit être avant tout un plaisir et non un chemin de croix. Apprenons s'il vous plaît à respecter la vie d'autrui lorsqu'on a le volant en main, car elle est hyper sacrée.

Yves_Martial

Content created and supplied by: Yves_Martial (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires