Sign in
Download Opera News App

 

 

Burkina Faso : la police fait une effroyable découverte lors du démantèlement d'un réseau de voleurs

Le marché noir du trafic d'organes humains Persiste et continue de prendre de l'ampleur malgré les mesures répressives que prennent nos autorités pour l'endiguer.

Même si des preuves palpables sont rares pour justifier cet acte, des rumeurs et des hypothèses n'en demeurent pas moins.

D'abord pour certains le trafic d'organes humain serait motivé par des raisons médicales. On parle alors de trafic de rein et bien d'autres parties.


À côté de cet aspect, une autre hypothèse qui semble la plus répandue sous nos cieux est celle liée à l'occultisme.

En tous cas, pour plusieurs dans la plupart de nos pays Africains, ce type de trafic serait au bénéfice des personnes ayant besoin de ces organes pour des pratiques occultes, car ce serait une source de pouvoir, richesse, promotion...


C'est pourquoi ce phénomène est de plus en plus reproché aux cybercrominels, arnaqueurs appelés en Côte d'Ivoire "brouteurs'' et "Yahoo boys" au Nigeria.


Vraiment c'est une pratique très déplorée, mais qui malheureusement gagne du terrain.

Pour preuve, avant hier 13 juillet 2021au Burkina Faso, une saisie d'organes humains à été faite par la Police Judiciaire.

Selon un communiqué de l'Agence Presse Régionale (page Facebook), suite au démantèlement d'un réseau de "malfrats" spécialisé dans les vols à mains armées, deux crânes humains ont été saisis. Et selon le communiqué qui donne plus de précisions sur les objets saisis, il s'agit d'un groupe de jeunes délinquants dont l' âge est compris entre 26 et 42 ans.

"Après avoir conduit les sept bandits devant le Procureur au tribunal de Grande Instance de Ouagadougou 1, la police continue toujours son enquête afin de mettre la main sur tous les membres du groupe." A Indiqué le communiqué.


Abonnez-vous à notre page gratuitement pour recevoir l'information à tout moment.

#MpéssaH

Content created and supplied by: MpéssaH (via Opera News )

burkina faso

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires