Sign in
Download Opera News App

 

 

Babily Dembélé porte plainte contre le directeur de la DST et ses collaborateurs pour enlèvement...

Sur plainte de Babily Dembélé, Président Directeur Général de la société CIAD-PRIMO, pour enlèvement, séquestration et vol, le directeur de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) et ses collaborateurs seront -ils bientôt devant le Commissaire du gouvernement?

C’est un fait inédit sur le terrain de la justice ivoirienne ! Sorti de prison en septembre dernier après 11 mois d’incarcération à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), l’homme d’affaires Babily Dembélé, a décidé de porter plainte contre le Directeur de la DST et ses collaborateurs.

« Plainte contre monsieur le Directeur de la Direction de la Surveillance du Territoire dite DST et contre Inconnus pour les faits de séquestration, détention dans les conditions dégradantes et vol portant sur divers biens mobiliers et la somme de 11 700 000 FCFA », peut-on lire en objet de la plainte no 688/2021/du 13 - 10 – 2021 adressée au Commissaire du gouvernement qui nous a été transmise.

Selon Me Bogui Fabrice qui signe la plainte, celui qui est également le président du Congrès ivoirien pour la démocratie et la paix (CIDP) et ses collaborateurs ont été enlevés le 21 octobre 2021 avec violence.


« Ce dernier (Babily Dembélé, Ndlr) nous informe que le 21 octobre 2020, alors qu’il se trouvait dans ses bureaux sis au siège de la société CIAD PRIMO, à Abidjan Cocody Riviera M’pouto, des individus encagoulés et armés de Kalachnikovs y ont fait irruption pour procéder à son enlèvement ainsi que ses collaborateurs qui y étaient présents. Au regard de la violence avec laquelle leur enlèvement a été effectué, monsieur Babily Dembélé et ses collaborateurs étaient loin de s’imaginer qu’il s’agissait des agents des forces de l’ordre. Ce n’est que lorsqu’ils ont été transférés dans les locaux de la DST qu’ils ont compris qu’ils n’avaient pas affaire à des quidams », relate l’Avocat à la cour.

Et de poursuivre : « Malheureusement, au cours de cette opération, monsieur Babily Dembélé et ses collaborateurs ont assisté, impuissants, à un acharnement sur les biens mobiliers de sa société. »

A l’en croire, « en plus des biens mobiliers qui ont été détruits, les agents de la DST ont emporté » un véhicule, la somme de 11 700 000 « qu’un client de la société CIAD PRIMO venait de verser dans les caisses de cette société, juste avant le passage des agents de la DST », trois écrans de télévisions, trois ordinateurs et quatre ordinateurs HP bureaux complets et imprimante. Ce forfait a été constaté par un huissier de justice en bonne et due forme.

Par ailleurs, Me Bogui Fabrice relève que son client a subi « pendant les cinq jours de sa détention dans les locaux de la DST, les pires humiliations et violences de son existence ».

« En effet, menotté et jeté dans une cellule dépourvue de fenêtre d’à peine deux mètres carrés, notre client qui n’avait pas le droit à l’assistance de son avocat était contraint quand il avait soif, de boire l’eau de toilettes qui s’y trouvaient. Cette détention de notre client dans les conditions exécrables et humiliantes, à la limite de la torture a fortement contribué à la dégradation de l’état de santé de ce dernier », souligne l’Avocat à la cour.

Content created and supplied by: Pierre_Ephèse (via Opera News )

babily dembélé dst

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires