Sign in
Download Opera News App

 

 

Invitée en Tunisie pour une proposition de travail alléchante, une ivoirienne devient prostituée


Il y a quelques jours j'ai écrit un article sur un procès qui s'est tenu au tribunal de Yopougon dans lequel une prostituée a écopé de dix ans de prison pour s'être fait complice d'une traite humaine pour un réseau de maison close. Ce mercredi 7 Avril 2021, alors que je suis en salle d'audience attendant le début des procès, un homme s'approche de moi, prend place à ma droite, et me montre mon article paru sur Opéra News :

- Bonjour... Je voudrais savoir si c'est vous LCB, qui avez écrit ce récit sur la prostitution...

- Oui, c'est moi.

- Je lis souvent vos reportages, mais celui concernant la prostitution m'a beaucoup marqué, parce que ma sœur a vécu la même situation. Enfin, une situation similaire à celle que vous avez relatée. On fait croire aux jeunes filles qu'elles ont l'eldorado en France, au Maroc, en Tunisie, et quand elles arrivent dans ces pays dits de rêve, la plupart se retrouve face à une désillusion. Ma sœur a vécu la même histoire que la prostituée de votre article...

- Comment ?

- Il y a un ivoirien qui réside en Tunisie, et qui vient souvent en vacance à Abidjan. En tout cas quand il est là, il vit bien, voiture, joli appartement, tout tout tout. Il a dit à ma sœur qu'il pourrait lui trouver une bonne situation en Tunisie, un travail bien rémunéré. Et comme le monsieur paraissait digne de confiance, la jeune fille s'est mise à rêver à des lendemains ensoleillés. Elle a accepté qu'il fasse ses papiers, et un jour elle a quitté la Côte d'Ivoire pour le rejoindre en Tunisie. Arrivée là-bas, elle s'est rendue compte que c'était un piège, un guet-apens. Le monsieur l'a reçue dans son appartement où il y avait un sous-sol. Il a confisqué toutes ses pièces, a abusé d'elle, l'interdisant de sortir de la maison. Ensuite il a commencé à envoyer des clients qui venaient coucher avec elle. C'est lui qui empochait l'argent. Cela a duré plusieurs années. Une situation d'esclavage sexuelle qui lui a fait perdre tout espoir à la vie. Puis un jour que son souteneur était ivre, elle en a profité pour s'enfuir de la maison. Elle s'est renseignée et est entrée dans un commissariat en y expliquant sa situation. C'est ainsi qu'elle a pu joindre sa famille en Côte d'Ivoire. Ayant appris cette triste histoire, son frère résidant en France, effondré, a contacté les autorités tunisiennes en mettant les moyens nécessaires pour que sa sœur vienne le rejoindre en Europe.

***

Aujourd'hui, libérée de son geôlier, la jeune ivoirienne vit en France, épanouie, en essayant d'oublier l'épisode cauchemardesque de la Tunisie pour aller de l'avant, avec le sourire et la foi en la vie, en l'avenir.

***

L'eldorado, c'est chez nous, ce n'est pas ailleurs. C'est à nous de créer dans notre propre pays les conditions de notre bonheur.


Louis-César BANCÉ

[email protected]

Content created and supplied by: LouisCésarBANCE (via Opera News )

tunisie yopougon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires