Sign in
Download Opera News App

 

 

Litige foncier à Yaou : la mort brutale d’un jeune abouré jette l’effroi au sein de la population

La journée du jeudi 12 mai dernier a été très éprouvante et triste pour les Abouré de Yaou, Sous-préfecture de Bonoua, situé sur l’axe Bassam-Bonoua, suite au décès du jeune Ottron Marino, victime d’une bastonnade sur un chantier de lotissement.

 Les populations village de Yaou sont encore sous le choc depuis que l’un des leurs, Ottron Marino, victime d’une bastonnade sur un chantier de lotissement, est décédé des suites de ses blessures. En effet, quatre de leurs fils, Gnégnin Félix, Abatté Albert, Aillouan Valéry et Ottron Marino, commis à la surveillance des travaux de lotissement entrepris sur une parcelle, d’une superficie de 37 hectares, non loin du carrefour Motard, ont été pris à partie par une horde d’une cinquantaine de jeunes déchaînés. Une agression barbare qui se soldera malheureusement par le décès de Ottron Marino, quelques jours après des suites de ses blessures. Quant à Gnégnin Félix et Abatté Albert, passés à tabac sans aucun ménagement, ils s’en sortiront vivants mais avec des séquelles physiques bien marquées. Seul Allouan Valéry a pu échapper à cette agression. Mais, ce dernier se trouve psychologiquement affecté par cette horrible journée dont il s’en souviendra, certainement encore longtemps.

Pour tenter de comprendre cette situation aussi surprenante que triste, surtout dans une localité où les populations ont toujours vécu en toute tranquillité, il faut remonter à la matinée du jeudi 12 mai dernier. Il était 9h30 quand Gnégnin Félix, Abatté Albert, Allouan Valéry et Ottron Marino, dans la dynamique des travaux de lotissement entrepris sur leur parcelle familiale, ont décidé d’attendre les travailleurs de l’operateur choisi pour décaper le site. C’est à ce moment-là qu’ils voient déambuler vers eux à vive allure, un groupe d’hommes d’une cinquantaine d’individus dont certains visages leur sont familiers. Voyant ces quidams visiblement surexcités foncer dans leur direction, proférant à haute et intelligibles voix des menaces de mort, les quatre personnes ci-dessus citées ont pris peur et se sont enfuies. Malheureusement, elles ont été rattrapées, passées à tabac et dépouillées de tous leurs objets personnels.

Ottron Marino qui avait trouvé refuge un peu plus loin dans la broussaille, a été sorti de sa cachette et roué de coups si violents que le pauvre perdit connaissance entre les mains de ses bourreaux. La Gendarmerie dépêchée sur le site, suite à l’information à eux communiquée par l’Avocat de l’une des grandes familles de Yaou, à laquelle ces hommes appartiennent, la famille Vonanmlehivet, qui du reste, est propriétaire du terrain en décapage-  est arrivée sur les lieux de la violence après la fuite des agresseurs. Le détachement de Gendarmes transporte les victimes directement à l’hôpital.  Ottron Marino qui se remettait d’une opération chirurgicale faite, il y a à peine deux mois, décédera quelques jours après des suites des blessures violentes qu’il a reçues.

Dans un procès-verbal de constat et d’audition établi suite à une plainte déposée par les victimes et leurs familles auprès des autorités policières et dont nous avons réussi à obtenir copie, il en ressort que les personnes ayant commis ces agressions ont avoué à leur victimes, pendant qu’elles les battaient à coups répétés, avoir été sollicitées par la partie avec laquelle les membres de la famille Vonanmlehivet sont en conflit foncier depuis quelques années. Par ailleurs, il ressort de ce même procès-verbal, suivant les aveux faits par les agresseurs à leurs victimes, que d’autres personnes notamment M. Djatin Jules, représentant et agissant uniquement pour le compte de la grande famille Vonanmlehivet ainsi que toutes les personnes qui le suivent y compris les agents de la Société de gardiennage agréée recrutés par l’association légalement constituée par les Membres de la Famille Vonanmlehivet (AMEFAVO), pour protéger le terrain en lotissement, et dont les activités sont reconnues et autorisées par les autorités administratives de la région, étaient également ciblés par cette attaque meurtrière. Fort heureusement, ces personnes n’étaient pas sur le site des travaux ce jour-là, particulièrement Djatin Jules, Président de l’AMEFAVO et porte-voix de la Famille, considéré par ses détracteurs comme un empêcheur de tourner en rond. Cette affaire qui jette présentement l’effroi à Yaou dans la Sous-préfecture de Bonoua sera portée devant le Procureur aux fins que les coupables de ces violences extrêmes subissent la rigueur de la loi aux dires de l’Avocat des victimes. Ce d’autant plus qu’avant cette agression, en 2020, la grande famille Vonanmlehivet avait enregistré l’enlèvement et de la torture de son chef de famille nanan Wognin N’Doli Pierre suivi en 2021 des actes d’agression physique de certains de ses membres. Des plaintes avaient également été déposées contre les commanditaires nommément identifiés sans suite favorable. Pour l’heure, les enquêtes sont en cours pour arrêter les responsables de ce meurtre ignoble.

Des agressions sous fond de conflit foncier

La grande famille Vonanmlehivet est détentrice de droits coutumiers sur une parcelle rurale de plus de 1200 hectares dans la Sous-Préfecture de Yaou dont les superficies sont déterminées et schématisées par un document dénommé Plan Rapport Agricole établi par le Ministère de l’Agriculture à travers la Direction Départementale de Grand-Bassam.  Un membre de cette famille, répondant au nom de Ekressin Mathurin a sollicité et obtenu de cette famille, une portion de terre pour son exploitation agricole.

A son décès, ses ayants droit ont voulu s’approprier le patrimoine de la famille Vonanmlehivet ; ils ont même entrepris des travaux de lotissement, procéder à la vente de certains terrains et érigé des constructions sur le domaine familial au détriment des membres de cette grande famille, tous héritiers au même titre que leur défunt père.

Des négociations ont été entreprises par la famille avec à sa tête nanan Wognin N’Doli Pierre afin d’aplanir les incompréhensions et trouver une solution pacifique au problème. Malheureusement, celles-ci ont été menées en vain. Il s’en est suivi alors une bataille judiciaire contre les enfants de feu Ekressin Mathurin au bout de laquelle, il a été reconnu à la grande famille Vonanmlehivet des droits successoraux sur l’ensemble des 1200 hectares, les ayants droit de feu Ekressin Mathurin ne bénéficiant seulement que de 236 hectares de plantations réalisées par leur défunt père sur le terrain familial. La Chambre judiciaire de la Cour Suprême a ordonné l’expulsion des ayants droit de feu Ekressin, du reste de la parcelle de plus de 1200 hectare appartenant à la grande famille Vonanmlehivet (Arrêt N° 509 rendu le 18 juillet par la Chambre Judiciaire de la Cour Suprême de Côte d’Ivoire).

Cette décision a été régulièrement signifiée aux ayants droit de feu Ekressin Mathurin et aux autorités de la région par exploit d’huissier en date du 17 octobre 2018. (Exploit de signification de l’Arrêt N0 509/18 rendu par la Chambre Judiciaire de la Cour Suprême de Côte d’Ivoire). L’Arrêt N° 509 rendu le 13 juillet par la Chambre Judiciaire de la Cour Suprême a également été signifié aux occupants.

Fort de sa qualité de propriétaire reconnue par la Cour Suprême, la grande famille Vonanmlehivet a initié un lotissement sur l’une de ses parcelles. A cet effet, elle a désigné les quatre personnes, victimes de l’agression pour suivre les travaux de lotissement sur le site, exécuté par un opérateur commis à la tâche par l’AMEFAVO.

Cependant et contre toute attente, depuis quelques jours, la famille Vonanmlehivet, fait l’objet d’un acharnement sans limite des enfants de feu Ekressin Mathurin et leurs acolytes qui ne cessent de troubler la quiétude des travailleurs sur le site en lotissement jusqu’à ce que les choses dérapent et que l’irréparable se produit avec l’assassinat de l’une des quatre personnes commises à la surveillance des travaux ; et ce, suite à une incursion d’une horde de jeunes gonflés à bloc venus en découdre avec les occupants du site.

Eugène YOBOUET

 

 

 

Content created and supplied by: Eugy_Yobouet (via Opera News )

yaou

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires