Sign in
Download Opera News App

 

 

Regard sur les véhicules de transport commun en Côte d'Ivoire

Le gbaka est un mini-car de transport en commun de 18 places en service à Abidjan et l intérieur de la côte d ivoire. Etymologiquement, le nom « gbaka » a été donné à ce type de véhicule a cause de sa vétusté et son mode de chargement hétérogène . Mais ces véhicules ont une importance très capitale dans la société .

Cependant, malgré leur importance pour le transport urbain, l’utilisation de ces véhicules rime avec de nombreux problèmes dont le manque de courtoisie des apprentis qui aboutit à des querelles entre apprentis et clients, les accidents quotidiens, la variation des prix en fonction de l’affluence et des heures, les bousculades, l’insécurité, le non-respect des destinations et autres… Malgré cet environnement violant et anarchique voire mortel avec l’implication de ces engins dans 1 accident sur 2, ils restent incontournables pour des populations moins nanties qui doivent parcourir de longs trajets entre leur domicile et leur lieu de travail. Le manque de moyens financiers ou la faiblesse du pouvoir d’achat des uns et des autres, qui doivent pourtant effectuer ces déplacements à la recherche de leur gagne-pain reviennent sans cesse comme explication sur les lèvres des nombreux usagers. Il ne se passe pas de jour sans qu’il n’y ait de bagarre entre syndicalistes syndicat des transporteurs et les chauffeurs ou les aides chauffeurs apprentis. C’est dans ce climat à risque où règnent ni règles ni lois, cette sorte de jungle urbaine que circulent de véritables épaves, des engins dont l’état laisse à désirer et destiné uniquement pour la casse, pourtant en circulation tant que le moteur fonctionne et ce aux risques et périls des passagers. Souvent sans plaque d’immatriculation, avec des phares inexistants, des pare-brises brisées ou carrément absentes, des essuie-glaces inopérants, le bitume visible sous les pieds des passagers, des tableaux de bord présents que pour la décoration et des freins qui ne fonctionnent presque jamais avec des pneus lisses, les ‘’Gbaka’’ d’Abidjan et de l intérieur sont de véritables tombeaux roulants sous la direction de chauffeurs inexpérimentés, souvent sans Permis de conduire et qui ne respectent aucune règle de conduite avec alcool et excitants au volant. Chaque déplacement dans ces sortes de véhicules sonne comme le dernier voyage en mettant les passagers entre la vie et la mort. Et ce sous le regard impuissant des policiers commis à la régularisation de la circulation comme s’ils n’attendaient que le pire arrive pour se présenter... 

Content created and supplied by: Petitpimentwemedia (via Opera News )

côte d'ivoire etymologiquement gbaka

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires