Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire : mon avis sur les nombreux dos d’âne sur certains axes routiers du pays

Côte d'Ivoire : mon avis sur les nombreux dos d’âne sur certains axes routiers du pays

L’imprudence des conducteurs et la dégradation de la chaussée constituent les principales causes des accidents de la route en Côte d’Ivoire. Selon les statistiques officielles, ils occasionnent ainsi 600 morts et 13 000 blessés chaque année dans le pays. Que faire pour corriger cette situation ?

Sur plusieurs axes reliant la capitale économique de la Côte d’Ivoire, Abidjan aux autres villes de l’intérieur du pays, des dos d’âne ont été installés.

La route de l’Est (Abidjan-Akoupé-Bondoukou) et l’axe Tiassalé-Divo-Gagnoa pour ne citer que ces deux (02) tronçons, comptent chacune plus de 200 dos-d'âne.

Cet état des lieux suscite chez ceux qui aiment parler parmi les usagers (transporteurs, voyageurs, etc.) des commentaires.

« Qui a érigé ces ralentisseurs ? », « ces nombreux dos d’âne dérangent notre aise dans le véhicule », « ça prolonge le temps de voyage », sont entre autres, ce qu’on peut entendre dire lorsqu’on rencontre un de ces blocs de ciment.

A la question de savoir qui sont les auteurs de ces dos d’âne, il revient que les auteurs, sont les habitants des localités où ils sont érigés. La raison évoquée est relative aux récurrents accidents de circulations mortels causés par les véhicules roulant à vives allure.

Pendant que les passagers, en ce qui les concernent, se plaignent de l’inconfort que ces dos d’âne causent, les chauffeurs eux, critiquent la hauteur de ces dos d'âne qui endommagent souvent leurs véhicules. Ils souhaitent une bonne réglementation de l'installation de ces dos-d'âne et font remarquer que ces ralentisseurs peuvent aussi être à l'avantage des coupeurs de route.

A ce jour, dans toute les localités de l’intérieur du pays, lorsque les voies ne sont pas dégradées, que les routes sont parfaitement bitumées, l’installation de dos-d'âne devient un effet de mode.

Parmi les populations, cette pratique est l'objet de débat entre citoyens pour et contre.

Il faut choisir entre confort du passager, sécurité du véhicule et du voyage. Dans tous les cas, le constat est que ces dos d'âne ont réduit le nombre d'accidents de la circulation sur ces tronçons.

Quand on voit le nombre d’accident survenu récemment sur l’autoroute du Nord, on est tenté d’ériger des dos d’âne sur cet axe.

Yanzu Donald Ackiley

Content created and supplied by: yanzudonaldackiley (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires