Sign in
Download Opera News App

 

 

Souleymane Kamagaté : "Al Moustapha doit être libéré..."

Le lundi 30 août 2021, Souleymane Kamagaté a eu maille à partir avec certaines personnes. En début de journée, il s'est fendu d'une publication (sur Facebook) dans laquelle il exprime son souhait de voir libérer Al Moustapha. «Pour une décrispation de l'atmosphère politique, au nom de la réconciliation, je pense que Al Moustapha doit être libéré», écrit-il. Et de justifier son argument, par la nécessité de la réconciliation nationale. «Si on veut une réconciliation vraie, il faut que les fils et filles de ce pays se retrouvent».

Mal lui en a pris. Des internautes lui sont tombés dessus à bras raccourcis. «Donc, libérez tous les prisonniers du pays pour la réconciliation ! Si ce monsieur est coupable, qu'il paie ! C'est aussi simple que ça», écrit Étienne. Tout comme un autre qui affirme : «Quelqu'un aurait vendu frauduleusement des bons d'exonération du Sénat évalués à plus de 100 millions et le Sénat aurait porté contre lui. Ce qui justifie le fait qu'il soit en taule et toi, tu viens nous raconter tout et rien. Donc, quelqu'un peut faire des bêtises et espérer s'en sortir au nom de la réconciliation ? Vous réfléchissez comment même ? Le rapport entre une malversation et la réconciliation ?» 

En réponse à ceux qui s'en prennent à lui, Souleymane Kamagaté se défend : «On a vu des gens soutenir Serge Koffi le Drone ou encore Love Gugu, en demandant leur libération. Les exemples sont légions. Qui vous a tenu rigueur pour ça ? C'est votre droit de soutenir et demander la libération de qui vous voulez. Nous aussi, c'est notre droit d'en faire autant», explique-t-il. «Tu as vraiment manqué l'occasion de te taire», rétorque Vazou N'dola. 

Interpellé le 26 août dernier par la Section recherches de la gendarmerie nationale, "Al Moustapha" est depuis placé sous mandat de dépôt, puis écroué à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (MACA). Il est accusé de faux et usage de faux, escroquerie, corruption et blanchiment de capitaux portant sur des bons d'exonération du Sénat pour les véhicules importés.

L'affaire qui le concerne était en instruction depuis le 22 janvier 2020, lorsque le Secrétaire général du Sénat avait saisi le Parquet d'Abidjan d'une plainte contre inconnu. La plainte a été déposée après que la Direction générale des Douanes ait découvert plusieurs irrégularités sur des attestations reçues du Sénat. 

Une enquête diligentée par le Procureur de la République, Richard Adou, a révélé un lien entre ces malversations et "Al Moustapha". Le réseau de faussaires mis en place produisait et commercialisait de fausses attestations d'exonération de sénateurs auprès de particuliers.

Les investigations indiquent que des sénateurs seraient également impliqué dans cette vaste escroquerie, dont le préjudice financier est évalué à plus de 100 millions de francs CFA. Une demande d'autorisation aux fins de poursuite contre ces derniers devrait être adressée au Sénat, selon le Procureur de la République, pour qu'ils répondent de leurs actes devant la justice. 

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

al moustapha facebook souleymane kamagaté

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires