Sign in
Download Opera News App

 

 

Le nouveau commissariat de Lakota abandonné aux voleurs et aux fous.

« Comme il n’y a pas de gardien, les bandits ont cassé toutes les portes. C’est là que les voleurs, les fous dorment désormais. Parce que personne n’est là pour surveiller… » s’indigne le chef d’Akabreboua et chef du collectif des chefs du département de Lakota, Douto Goli Nanebo Paul, parlant du deuxième et nouveau commissariat de Lakota, construit au quartier Akabreboua en 2014, non loin du mausolée de François Lougah. Pour mémoire, « c’était une promesse de campagne du maire de la ville, Samy Merhy » révèle Douto Nanebo. Ce commissariat dont la première prière a été posée en octobre 2014 par le ministre de l’intérieur et de la sécurité de l’époque, Hamed Bakayoko, est achevé depuis bien longtemps. Seulement voilà, il est abandonné à la broussaille qui a pris possession des lieux. Toutes les portes ont été fracturées. Y entrer, même de jour, fait peur.

Le plaidoyer du chef Nanebo ne souffre donc d’aucune ambiguïté : « Lakota est une ville qui est un peu compliquée, il y a trop de braquages ici. Donc, je demande pardon au Président de la République, par ma petite voix, de nous affecter des policiers. » Et de rappeler un récent fait divers : « il y a quelques jours de cela, la station Total (située non loin de là) a été braquée. Certes, il n’y a pas eu mort d’homme, mais les bandits sont partis avec ce qu’ils ont pu prendre. Ils ont tiré en l’air. Si le commissariat était ouvert, cela les aurait dissuadés. » Et d’ajouter : » c’est vrai, on a loti là, mais les gens ont peur de venir y habiter parce qu’il n’y a pas de commissariat. » 

Lakota jette donc sa bouteille de détresse à la mer. Pour la sécurisation de sa population.

CASSIN

Content created and supplied by: AbelCassin (via Opera News )

hamed bakayoko lakota

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires