Sign in
Download Opera News App

 

 

Attention au mode opératoire des voleurs à bord de moto


À Abidjan, les populations se plaignent de plus en plus d'être les cibles des voleurs à moto. À deux sur leur engin, ils arrachent des téléphones à la fenêtre des véhicules ou agressent les passants en leur spoliant leurs biens, tout en prenant la tangente à bord de leur mobylette.


Deux jeunes garçons d'une vingtaine d'années ont opéré de la sorte le 3 Avril 2021, aux environs de 1 heure du matin, à la Rue princesse de Yopougon. Après avoir fait le show au maquis, Alassane et Bangali ont suivi sur le trottoir une jeune fille, la nommée Grâce, en train de communiquer en marchant. Leur mode opératoire consiste à ce que celui qui se fait remorquer descende pour aller voler tandis que le conducteur surveille la scène depuis quelques mètres, afin de remorquer à nouveau son complice quand ce dernier a fini sa mission.


La mission d'Alassane consistait à arracher le téléphone à l'oreille de la jeune fille ainsi que son sac à main. Quand il est arrivé vers elle, ayant cessé de communiquer, elle avait rangé son téléphone. Il fallait donc changer de plan. C'est alors que le voyou sortit un couteau, intimidant sa cible en lui prenant son portable et son sac à main contenant la somme de 102.000 francs.


Les faits, tels que relatés par le tribunal ce 19 Avril 2021, ne nous disent pas plus. Comment Alassane s'est-il retrouvé en procès ? Comment a-t-il été capturé alors que son ami Bangali, absent à l'audience, a, lui, réussi à s'échapper ? Le chauffeur a-t-il emporté le butin pendant que seul le remorqué a été pris dans les mailles ?


Tout ce que nous savons, c'est que ce lundi, Alassane a été déclaré coupable de vol de nuit en réunion à main armée et condamné à 3 ans de prison et à 200.000 francs d'amende. Quant à son ami Bangali, il est encore dans la nature, avec sa moto. Si le sort de son alter ego ne lui sert pas de leçon, on pourra toujours le compter parmi ces gens à moto qui circulent dans les rues en cherchant à faire des victimes.


Que nous soyons en communication dans la rue ou dans les transports en commun, nous devons toujours nous montrer prudents et observateurs. Car des voyous, à moto ou même à pied, pourraient nous observer et attendre le moment propice pour sévir. Ne leur en donnons pas cette opportunité.


Louis-César BANCÉ

Content created and supplied by: LouisCésarBANCE (via Opera News )

abidjan

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires