Sign in
Download Opera News App

 

 

Une marche lesbienne à Lyon perturbée par des militants d’ultra-droite

Un groupe suspecté d’appartenir à l’ultra-droite a perturbé un rassemblement pour la fierté lesbienne qui se déroulait à Lyon, suscitant des réactions virulentes de la classe politique.

Un rassemblement organisé samedi 24 avril à Lyon, en marge de la journée de la visibilité lesbienne, a été perturbé par des militants hostiles, qui ont lancé plusieurs projectiles vers les manifestants, selon Lyon Capitale.

Comme l’indique la préfecture, environ 650 personnes se sont réunies place Louis-Pradel, dans le 1er arrondissement de Lyon, pour une mobilisation calme et sans incident jusqu'à l'arrivée d'une cinquantaine d’individus, dont l'appartenance à l'ultra-droite a été confirmée par la police au Progrès.

Les forces de l'ordre ont dû utiliser des gaz lacrymogènes pour les repousser. Aucun blessé ne serait à déplorer.

Vague de condamnations

Suite à l’incident, plusieurs hommes et femmes politiques français ont condamné les violences et exprimé leur soutien aux manifestants agressés. Le maire de Lyon, Grégory Doucet, a écrit sur sa page Twitter que le droit de «revendiquer son identité de genre et d’affirmer librement son amour» devait être «protégé à tout prix».

La formulation de mon 1er post laissait sous-entendre que nos orientations sexuelles sont des choix. Même si ce n'était pas ma pensée je ne souhaite pas véhiculer une formulation maladroite sur ce sujet qui mérite mieux que cela.

La ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Élisabeth Moreno a réagi en dénonçant «la lesbophobie en actes». «Chacun doit être respecté, quelle que soit son orientation sexuelle ou son identité de genre. Les LGBTphobies doivent être résolument combattues, en tout lieu, à chaque instant», a-t-elle écrit.

La militante féministe et conseillère municipale de Paris Alice Coffin a réagi dans un tweet, en anglais, évoquant une marche lesbienne annulée en 2019, en Ukraine, à cause de menaces venues de l’ultra-droite. «Nous continuerons à marcher», écrit-elle.

Content created and supplied by: Buzz-ivoire (via Opera News )

lyon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires