Sign in
Download Opera News App

 

 

Irak : 50 personnes calcinées dans un incendie, sous perfusion dans un hôpital

Bonjour mes chers Lecteurs et futurs Abonnés, aujourd'hui, je porte ma plume sur un drame qui s'est produit en Irak notamment dans un hôpital réservé aux soins intensifs de COVID-19. En effet, les populations de la capitale d'Irak, Bagdad, se sont réveillées dans un drame et qui ont vu leur centre hospitalier réservé uniquement aux soins intensifs de COVID-19 partir en fumée causant la mort d'au moins 50 personnes.

Un incendie a ravagé une unité de soins de Corona virus dans un hôpital du Sud-est de Bagdad dans la nuit du samedi 24 avril 2021 laissant 50 personnes mortes sous le feu. Pays de plus de 40 millions d'habitants a un système de santé très archaïque dû à de nombreuses guerres civiles à répétition.

Pays très pauvre, ce sont des bouteilles de gaz très mal sécurisées qui ont engendré ce sinistre au beau milieu de la nuit. Certains accompagnants ont fui laisser leur malade tandis que d'autres ont fait l'effort de sauver certaines vies. Selon notre source, la plupart des victimes sont mortes parce qu'elles ont été déplacées et privées de ventilateurs, tandis que d'autres ont été étouffées par la fumée.

Des vidéos présentées sur les réseaux sociaux, montrent des unités de sapeurs-pompiers sauvés des vies alors que certaines personnes s'échappent par les fenêtres et les portes de secours.

La commission gouvernementale des droits humains, qualifie ce drame comme un crime contre des patients atteints de la pandémie. Ces patients ont remis leur vie entre les mains du ministère de la Santé, au lieu d'être guéris, ils ont été incendiées sous prétexte de la négligence du gouvernement irakien en occurrence le ministre de la Santé, Moustapha al-Kazimi. La commission gouvernementale des droits humains demande le limogeage de ce dernier.

Plusieurs personnalités sont suspendues de leur fonction. Il s'agit du patron du secteur oriental de Bagdad, le directeur de l'hôpital et les chefs de la sécurité et de l'entretien technique. Ce communiqué indique que personne ne sera libéré tant qu'une enquête ne soit faite afin de situer les responsabilités de ce drame.

Officiellement, 1. 025. 288 irakiens ont été contaminés depuis février 2020 dont plus de 15.000 morts. En dépit de l'apparition du vaccin contre la Covid-19, ce pays pauvre du Proche-Orient continu de souffrir de la pandémie.

BATIO

Source : France 24

Content created and supplied by: Batio (via Opera News )

bagdad covid-19 irak

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires