Sign in
Download Opera News App

 

 

Bouna/ Traite des personnes: 10 prévenus condamnés à 10 ans de prison

 Sur la trentaine de prévenus présents à la barre du Tribunal de Bouna, ce mercredi 30 juin, 10 ont été condamnés à dix ans de prison ferme avec une amende de cinq millions de Fcfa chacun principalement pour la traite des personnes et des enfants.

 La sanction fera certainement mouche. Et c’est l’objectif que comptent atteindre les experts de la lutte contre la traite des enfants. Sur la trentaine de prévenus présents hier à la barre du Tribunal de Bouna. Arrêtés depuis le 24 avril 2021, ils ont connu leurs sanctions. Dix ont été condamnés à dix ans de prison ferme avec une amende de 5 millions de Fcfa chacun principalement pour la traite des personnes et des enfants, par le président du Tribunal de Bouna, Gbanhé Kohou Frédéric. Les autres chefs d’accusation sont : la mise en danger des populations par le non respect des mesures édictées par les autorités (la traversée de la frontières avec des passagers sans qu’ils n’aient fait les tests covid) ; le non respect des mesures barrières.

Mais au-delà, "les enquêtes révèlent que ces personnes constituent les membres d’une organisation mise en place pour le trafic des enfants afin de les convoyer vers les plantations pour être exploités". Dans son réquisitoire, le procureur Danoi Edgar, a révélé que ces personnes, à travers la compagnie ZDT, s’adonnent au trafic de personnes. "ces personnes qui, par des voies détournées, quittent le Burkina Faso pour se retrouver sur un site bien déterminé de Doropo où ils sont ensuite transportés vers leurs lieux de destination", a soutenu en substance le procureur, avec force détails. Des faits qui n’ont pas pu infirmer les prévenus, qui ont jugé bon de demander pardon. Leur avocat, Me Touré Zakaria, n’a malheureusement pas été suivi dans son plaidoyer. 

En marge de l’audience, lors de sa conférence de presse, le représentant du procureur près du tribunal de Bouna a soutenu que ce procès est l’aboutissement d’un travail qui remonte à plusieurs années en arrière. "Il y a de cela une année que le gouvernement ivoirien, à travers le ministère de la Justice et des Droits de l’homme, a fait de la lutte contre la traite des personnes et des enfants leur cheval de bataille. Pour se faire, plusieurs textes de loi ont été pris", a t il précisé avant d’ajouter qu’il y a eu une phase de sensibilisation. Mais aujourd’hui, ''c’est la phase de la répression'. Selon le procureur, " c’est désormais la tolérance zéro pour tous ceux qui commettent des infractions liées à la traite des personnes et des enfants’’. 

 

 

Content created and supplied by: Ken-Wat (via Opera News )

bouna covid-19

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires