Sign in
Download Opera News App

 

 

Pourquoi les vivriers sont chers dans les marchés en Côte d'Ivoire ?

Dans les marchés, dans les boutiques, dans nos villages les vivriers sont très chers. Sur le marché de Daloa, cinq grosses bananes bien formées coûtent cinq cents francs contre deux cents francs avant. Interrogée, dame Tra Lou nous informe dès difficultés qu'elle brave pour avoir la banane, l'igname, manioc et le piment dans les villages :" l'état des routes fait que les conducteurs nous taxent sans pitié. La sécheresse, le changement climatique, la pauvreté de nos parents dans les villages ont fait augmenter les prix des vivriers", a-t-elle expliqué. Poursuivant, elle déplore les frais de route qui sont très élevés. Elle a évoqué aussi le manque de moyens pour la distribution des vivriers dans les grandes communes. Il y a peu de manioc, de banane, piment et d'origine pour des milliers de personnes. Les vivriers nous reviennent très chers en brousse", a-t-elle renchéri. Quant à Mr Thcouté Amadou, boucher de son état, il parle de la cherté des bœufs.:" Un bœuf qui coûtait 250. 000 francs est à 300.000 francs aujourd'hui. Nous sommes obligés de vendre un kilogramme à 2700 francs", a-t-il précisé.Alors, que nous faire pour combattre la cherté du marché ?

Content created and supplied by: DOUHOJACQUES (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires