Sign in
Download Opera News App

 

 

Refus de pardon aux victimes : Laurent Gbagbo ne veut pas se faire hara-kiri

Une bonne partie de l’opinion nationale et internationale a cru dur comme fer qu’une fois de retour sur le territoire ivoirien, l’ex-chef d’Etat Laurent Gbagbo cravacherait pour la réconciliation nationale avec en prime la reconnaissance de sa part de responsabilité dans la crise postélectorale meurtrière de 2010-2011 et naturellement un pardon aux victimes. Mais depuis son arrivée le jeudi 17 juin 2021, celle-ci se trouve désillusionnée à ce niveau. Cette désillusion s’est avérée plus grande à l’issue de l’interview que celui qu’on surnomme le Woody de Mama a accordée à la chaine française France 24, le mardi 19 octobre 2021.

En effet, à la question de savoir si Laurent Gbagbo demandera pardon aux victimes à l’instar de son poulain Charles Blé Goudé, il a répondu ceci : « 𝐽𝑒 𝑛𝑒 𝑠𝑢𝑖𝑠 𝑝𝑎𝑠 𝐶ℎ𝑎𝑟𝑙𝑒𝑠 𝐵𝑙𝑒́ 𝐺𝑜𝑢𝑑𝑒́. 𝐽𝑒 𝑠𝑢𝑖𝑠 𝐿𝑎𝑢𝑟𝑒𝑛𝑡 𝐺𝑏𝑎𝑔𝑏𝑜, 𝑎𝑛𝑐𝑖𝑒𝑛 𝑃𝑟𝑒́𝑠𝑖𝑑𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑅𝑒́𝑝𝑢𝑏𝑙𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝐶𝑜̂𝑡𝑒 𝑑'𝐼𝑣𝑜𝑖𝑟𝑒. 𝐽𝑒 𝑛𝑒 𝑝𝑎𝑟𝑙𝑒 𝑝𝑎𝑠 𝑐𝑜𝑚𝑚𝑒 𝐶ℎ𝑎𝑟𝑙𝑒𝑠 𝐵𝑙𝑒́ 𝐺𝑜𝑢𝑑𝑒́. 𝑉𝑜𝑖𝑙𝑎̀. 𝐿𝑒𝑠 𝑝𝑟𝑜𝑏𝑙𝑒̀𝑚𝑒𝑠 𝑞𝑢𝑖 𝑠𝑒 𝑝𝑜𝑠𝑎𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑛 𝐶𝑜̂𝑡𝑒 𝑑'𝐼𝑣𝑜𝑖𝑟𝑒 𝑒𝑡 𝑞𝑢𝑖 𝑠𝑒 𝑝𝑜𝑠𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑛𝑐𝑜𝑟𝑒 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑑𝑒𝑠 𝑝𝑟𝑜𝑏𝑙𝑒̀𝑚𝑒𝑠 𝑔𝑟𝑎𝑣𝑒𝑠. 𝐼𝑙 𝑛𝑒 𝑓𝑎𝑢𝑡 𝑝𝑎𝑠 𝑠'𝑎𝑚𝑢𝑠𝑒𝑟 𝑎𝑣𝑒𝑐. 𝐼𝑙 𝑓𝑎𝑢𝑡 𝑙𝑒𝑠 𝑚𝑒𝑡𝑡𝑟𝑒 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑎 𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒, 𝑙𝑒𝑠 𝑑𝑖𝑠𝑐𝑢𝑡𝑒𝑟, 𝑑𝑒́𝑔𝑎𝑔𝑒𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑟𝑒𝑠𝑝𝑜𝑛𝑠𝑎𝑏𝑖𝑙𝑖𝑡𝑒́𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑢𝑛𝑠 𝑒𝑡 𝑑𝑒𝑠 𝑎𝑢𝑡𝑟𝑒𝑠 𝑒𝑡 𝑝𝑢𝑖𝑠 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑𝑟𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑑𝑒́𝑐𝑖𝑠𝑖𝑜𝑛𝑠 𝑎𝑢 𝑛𝑖𝑣𝑒𝑎𝑢 𝑑𝑒 𝑙'𝑒́𝑡𝑎𝑡 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑎𝑣𝑎𝑛𝑐𝑒𝑟. 𝑀𝑜𝑖 𝑗𝑒 𝑛𝑒 𝑚𝑒 𝑚𝑒𝑡𝑠 𝑝𝑎𝑠 𝑙𝑎̀, 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑑𝑖𝑟𝑒 𝑂𝑢𝑖 𝑗𝑒 𝑑𝑒𝑚𝑎𝑛𝑑𝑒 𝑝𝑎𝑟𝑑𝑜𝑛. 𝑁𝑜𝑛.»

En cette réponse, de nombreux observateurs de la scène politique ivoirienne et des Ivoiriens lambda y voient de la suffisance et un manque d’humilité.

Toutefois, à analyser de très près cette sortie, l’on comprend aisément que l’ancien Président de la République refuse de se faire hara-kiri. Alors qu’il vient d’être blanchi par la justice internationale pour des accusations de crimes contre l’humanité portées contre lui, demander pardon aux victimes reviendrait à reconnaître sa responsabilité (culpabilité) dans les 3000 morts de la crise postélectorale. N’ayant pas encore fini avec les ennuis judiciaires dans son propre pays, cela pourrait lui être préjudiciable.

En outre, Laurent Gbagbo ne rejette pas catégoriquement l’idée de demander pardon. Cependant il souhaite que cela se fasse de façon collégiale à l’issue de franches discussions ou de francs pourparlers avec tous les acteurs impliqués dans les différentes crises ivoiriennes.

C’est ainsi que l’on peut entendre le Président de Parti des Peuples Africains de Côte d'Ivoire (PPA-CI)dire : « 𝑙𝑒𝑠 𝑣𝑖𝑐𝑡𝑖𝑚𝑒𝑠 𝑎𝑡𝑡𝑒𝑛𝑑𝑒𝑛𝑡 𝑞𝑢'𝑜𝑛 𝑟𝑒̀𝑔𝑙𝑒 𝑒𝑡 𝑑𝑖𝑠𝑐𝑢𝑡𝑒 𝑙𝑒 𝑝𝑟𝑜𝑏𝑙𝑒̀𝑚𝑒 𝑒𝑡 𝑞𝑢'𝑜𝑛 𝑣𝑜𝑖𝑡 𝑞𝑢𝑒𝑙𝑠 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑙𝑒𝑠 𝑟𝑒𝑠𝑝𝑜𝑛𝑠𝑎𝑏𝑙𝑒𝑠 𝑑'𝑎𝑏𝑜𝑟𝑑. 𝐶'𝑒𝑠𝑡 𝑐̧𝑎 𝑞𝑢𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑣𝑖𝑐𝑡𝑖𝑚𝑒𝑠 𝑎𝑡𝑡𝑒𝑛𝑑𝑒𝑛𝑡. 𝑂𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 𝐺𝑏𝑎𝑔𝑏𝑜, 𝑜𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 𝐵𝑙𝑒́ 𝐺𝑜𝑢𝑑𝑒́, 𝑜𝑛 𝑙𝑒𝑠 𝑑𝑒́𝑝𝑜𝑠𝑒 𝑎̀ 𝑙𝑎 𝐻𝑎𝑦𝑒. »

Content created and supplied by: Pierre_Ephèse (via Opera News )

Laurent Gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires