Sign in
Download Opera News App

 

 

Espèces protégées en Côte d'Ivoire : une ONG plaide pour que la peine des trafiquants soit alourdie

Fin de parcours pour deux présumés trafiquants spécialisés dans le commerce illégal de peaux d’animaux .Ils ont été mis aux arrêts à Abidjan, le mardi 12 Octobre  2021 dans la commune d’Abobo. Ce, grâce aux fins limiers de l’Unité de lutte contre la Criminalité Transnationale (UCT), du Ministère des Eaux et Forêt (MINEF) et avec l’appui technique de EAGLE Côte d’Ivoire, une ONG, spécialisée dans la lutte contre le trafic des espèces protégées.

 Les Deux interpellés, dont un homme et une femme  ont été pris en flagrant délit de possession plusieurs peaux d’espèces protégées, telles que l’hyène ,le lion dans les encablures du grand marché d’Abobo,. L’assaut a été mené dans la matinée du samedi dernier par les éléments de l’UCT au moment où les présumés trafiquants s’apprêtait à écouler la marchandise. Ces deux suspects ont été conduits à l’UCT, pour une garde à vue et une audition. Après enquête, il est ressorti que les produits ont été acquis illégalement au Nigéria pour être acheminés en Côte d’Ivoire dans le but d’être vendus.

Un acte qui viole, de facto, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Une Convention qu’a ratifié la Côte d’Ivoire en 1994. A cette infraction, s’ajoute, l’infraction à la loi ivoirienne. Car le lion fait partie des espèces entièrement protégées par l’annexe I de la loi n°94-442 du 16 août 1994 portant modification de la loi n° 65-255 du 04 août 1965 relative à la protection de la faune et à l’exercice de la chasse. Les deux présumés trafiquants ont ,par la suite ,été déférés devant le parquet du Tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau le même jour de leur interpellation .Avant d’être placés sous mandat de dépôt. Si ces présumés trafiquants en viennent à reconnus coupables des faits à eux reprochés, c’est une peine de réclusion comprise entre deux et douze mois assortis d’une amende allant de 3000 F CFA à 300.000 F CFA qui leur sera infligée. Une peine jugée peu dissuasive par l’ONG EAGLE Côte d’Ivoire en comparaison aux lois des pays de la sous-région. Aussi , l’ONG EAGLE Côte d’Ivoire résolument engagée à faire changer la loi sur les sanctions infligées aux trafiquants ,continue de faire des plaidoyers  à cet effet.

Selon le rapport 2014 de l’ONG Panthera, spécialisée dans la protection des grands félins, la survie des lions est menacée. Un rapport de l’ONG datant de 2014 qui conclut que les lions Africains sont en d'extinction dans toute l'Afrique de l'Ouest. Avec l’actif des lions survivants d’Afrique estimé à 400 têtes .Soit 250 lions adultes en âge de se reproduire et 150 lions plus jeunes et lionceaux. Quelque 90% des 400 félins recensés ont été comptabilisés dans la réserve de W-Arly-Pendjari, à la frontière du Bénin, du Burkina Faso et du Niger. Les lions ont complètement disparu de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, de la Guinée-Bissau, du Mali, de la Mauritanie et de la Sierra Leone et probablement aussi du Ghana et de la Guinée.

Gooré Michel

 

 

Content created and supplied by: goorémichel (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires