Sign in
Download Opera News App

 

 

Sécurité routière : qu’en est-il de la punition de ceux qui téléphonent au volant ?

     

Image d’illustration

Sans exagérer, je crois que j’ai échappé à une mort certaine ce matin autour de 10 heures à Yopougon nouveau bureau. Par ma faute mais par celle d’un chauffeur qui a dangereusement manœuvré alors qu’il était en communication au volant. Ce matin du 06 mars 2021 donc, je reviens d’une course et le ‘’woro woro’’ dans lequel je me trouvais se retrouve nez à nez avec une cylindrée rutilante dont le conducteur, un homme d’allure respectable, braquant brutalement et dangereusement pour repartir en sens inverse a manqué d’écraser un motocycliste, notre taxi et créer un grand carambolage sur la voie.

Image d’illustration

       Sans autre forme de procès, il a continué sa route, dans un vrombissement de moteur terrifiant. Il était toujours accroché à son téléphone. Passé le moment de frayeur, je me suis demandé si les conducteurs délictueux sont toujours inquiétés par cette fameuse loi qui punit la communication téléphonique au volant. Je ne voudrais pas ouvrir un débat pernicieux sur le sujet mais sérieusement, on sent une sorte de laisser-aller en la matière.

      Il y a presqu’un mois de cela, un ami et moi-même, nous nous sommes amusés à compter sur une semaine, le nombre de ces chauffeurs indélicats. Tenez-vous bien, j’en ai compté près de 250, mon ami plus de 300, en une semaine et dans un rayon bien précis de Yopougon. Pourquoi des citoyens (s’ils en sont vraiment au sens noble du mot) peuvent-ils se permettre de défier la loi en risquant la vie d’autres citoyens ? La question mérite à mon sens d’être remise au goût du jour parce Dieu seul sait combien de pauvres personnes sont les victimes anonymes de ces tueurs visibles qui, curieusement, sont de plus en plus nombreux dans la circulation comme si la loi avait été abrogée.

      Frederic GNEZE

  

 

 

Content created and supplied by: FredericGneze (via Opera News )

qu ’ sécurité routière yopougon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires