Sign in
Download Opera News App

 

 

Les 26 novembre sont des journées assez "sombres" pour l'Algérie. Découvrez pourquoi ...

D'après les investigations que nous avons mené en rapport avec la journée du 26 novembre, il ressort que cette journée s'est, à maintes reprises, présentée assez sombre pour l'Algérie. Nous en donnons des raisons dans cet article.

D'abord, le 26 novembre est le jour où la France bombarde une ville algérienne. C'était exactement le lundi 26 novembre 1951, et il y de cela environ 70 ans, 840 mois, 25 200 jours voire 604 800 heures, sous le signe Sagittaire, que la ville algérienne de Salé est sauvagement bombardée par la marine française.

Alors que la France et le Maroc cultivaient de bonnes relations diplomatiques, elles prennent une autre tournure en 1844 lorsque le Maroc répond favorablement à l’aide sollicitée par l’émir Abdelkader El Djezairi (1808-1883), qui se souleva contre l’occupation française dans son pays. Le 24 novembre, les navires français se rendent, en secret, à Tanger pour embarquer Doazan et son secrétaire, Fleurat, à bord du Narval. La nuit même, le Caton atteint Salé, et le contre-amiral Dubourdieu lui donne pour mission de laisser un message aux pachas de Rabat et de Salé, mais aussi de proposer un asile au consul d'Angleterre Elton à Rabat, à sa famille, ainsi qu'aux autres chrétiens de la ville à bord du Caton. Le lendemain, à 11 heures, le Caton mouille devant les deux villes marocaines, et son commandant demande des excuses et le remboursement immédiat sous peine de bombardement. « Le gouvernement nous envoie à Salé obtenir de gré ou de force réparation d'un acte de piraterie ; l'amiral compte sur sa brave division. » L'équipage français accueille la nouvelle avec enthousiasme, tandis qu'une grande foule d'habitants des deux villes jumelles observe les mouvements des navires français, pointés par les batteries des canonniers marocains. L'ultimatum de Dubourdieu expiré, le contre-amiral n'attend plus que l'arrivée du consul anglais et sa famille pour commencer le bombardement. Ainsi, le 26 novembre, en milieu de matinée, toutes les dispositions sont prises tandis qu'en face, les soldats marocains se préparent à repousser l'attaque depuis les fortifications des villes de Salé et Rabat garnies de plusieurs dizaines de batteries lourdes. L'escadre française ouvre le feu sur les forts de Salé à dix heures du matin. Les canons de la ville, estimés à une quarantaine, ripostent aussitôt, tout comme ceux de Rabat, même les plus éloignés afin de soutenir Salé mais avec lenteur et de manière sporadique dans le but de ne pas attirer l'attention. Après une heure d'affrontement, les batteries de Salé semblent détruites, mais un renfort de canonniers, inutiles à Rabat, vient leur prêter main-forte. Les feux du fort du nord-ouest reprennent, alors, avec plus d'intensité mais, à trois heures et demie, ses batteries sont démontées, et ses embrasures démolies. Cependant, le fort du sud-ouest, sévèrement touché, continue de résister jusqu'à dix-sept heures. Le Sané et le Gomer, manquant de munitions se retirent, mais le Henri IV poursuit le bombardement de la ville jusque vers sept heures du matin. Ce bombardement a eu des conséquences extrêmement lourdes pour l'Algérie.

Ensuite, le dimanche 26 novembre 2020, le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (le CRAAG) pour l'Algérie apprend que deux tremblements de terre ont été ressentis à Médéa plus précisément à Tamesguida. Selon ce Centre, le premier tremblement de terre, survenu 18h28, a été enregistré à une magnitude de 3.4 sur l’échelle de Richter. Quant à celui de 20h00, il a été enregistré à une magnitude de 3.5 sur l’échelle de Richter ; localisé à 03 km au nord ouest de la commune de Tamesguida dans la wilaya de Médéa. Notons que la wilaya sont des collectivités territoriales en Algérie, et dans d'autres pays arabes. Ainsi, l'Algérie est divisée, depuis décembre 2019, en cinquante-huit (58) collectivités territoriales appelées wilayas elles-mêmes subdivisées en daïras.

En plus de tout ce qui a été dit, la chaîne algérienne El Bilad a annoncé de la neige à Msila. Ainsi, on apprend que ce vendredi 26 novembre 2021 de fortes précipitations sont attendues en Algérie, ainsi que de la neige dans certaines wilayas. L’Office national de météorologie (ONM) en Algérie a émis un bulletin météorologique spécial (BMS). L’hiver s’installe véritablement sur la terre algérienne dès ce vendredi. En effet, d’après les prévisions de la Météo en Algérie pour ce 26 novembre, un coup de froid notable et durable s’abattra sur certaines wilayas. Notamment, celles qui seront concernées par la chute de la neige. Les températures seront alors considérablement fraîches sur ces zones-là. Il s’agira plus précisément des régions des hauts plateaux, du centre et de l’Ouest. Cela à partir de demain après-midi. Au niveau des régions susmentionnées. Par ailleurs, ces intempéries qui circulent actuellement en Méditerranée provoquent un épisode de fortes pluies. Placée en alerte jaune depuis quelques jours. En effet, les pluies se poursuivent dans le pays et font persister le mauvais temps. Dont la quantité dépasse localement les 40 mm. Accompagnées du froid et du vent.

Toutefois, on se demande qu'en est-il pour la Côte d'Ivoire. Ce pays aurait-il une mauvaise jour comme on vient de le décrire pour l'Algérie ?

Andromède-de-Châteaubriand

Content created and supplied by: Andromède-de-Chateaubriand (via Opera News )

france maroc

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires