Sign in
Download Opera News App

 

 

Affaire "la dictée n’a rien de cognitif" : le psychologue Dr Brice Kanga répond à Paul Yao Yao

L’affaire fait couler beaucoup d’encre et de salive depuis le dimanche 21 février dernier. En effet, invité de l’émission NCI 360° de la Nouvelle chaîne ivoirienne, Paul Yao Yao, Inspecteur de l’enseignement primaire à la retraite, a laissé entendre que la dictée n’a rien de cognitif.

« Faire de la dictée… Ça n'a rien d'intelligent, ça n'a rien d'un apprentissage, ça n'a rien de cognitif, ce n'est que de la répétition », a-t-il déclaré.

Le Psychologue généticien différentialiste et cognitiviste, Dr Brice Kanga s’inscrit en faux contre cette assertion de Paul Yao Yao. A l’en croire, l’importance de la dictée dans le processus d’apprentissage de l’enfant se trouve dans sa définition.

« D'abord, c'est quoi la dictée ? Prenons de simples définitions de dictionnaires non spécialisés, et nous comprendrons très aisément la valeur de cette activité essentielle pour la construction de compétences orthographiques de l'apprenant.

Dictée : nom féminin

1. Action de dicter.

Écrire une lettre sous la dictée (de quelqu'un).

2. Exercice consistant en un texte lu à haute voix qui doit être transcrit selon les règles de l'orthographe.

Vous pouvez voir déjà qu'avec cette simple définition, on perçoit, contrairement à d'autres, que la dictée est une activité d'apprentissage de haut niveau », fait-il constater.

Au-delà de cette définition simpliste, Dr Brice Kanga relève que du point de vue psychologique, la dictée participe de l’amélioration des capacités cognitives de l’enfant.

« Faire la dictée concours à affiner les capacités auditives des apprenants en développant par exemple leurs capacités à discriminer des concepts homophones. Faire la dictée développe la flexibilité cognitive en participant à l'amélioration de la capacité de l'individu à faire fluctuer son focus cognitif (réduction et élargissement du focus cognitif) selon le besoin. Rien que cela, je crois que M. Yao Yao comprendra que la dictée participe énormément à l'amélioration des capacités cognitives des individus. Elle leur permet, par l'expérience vécue au cours de cet exercice, de s'entraîner et d'accroître leurs différentes habiletés cognitives », fait-il comprendre.

Puis d’enchaîner : « La dictée bien que s'appuyant sur les capacités mnésiques des apprenants fait ressortir les capacités d'adaptations de l'apprenant lorsqu'il rencontre un mot nouveau pour lui. Et, qui parle de cognition, parle de savoir mieux, d'acquisition de savoir, de construction de savoir. En un mot, d'apprentissage. »

Content created and supplied by: Pierre_Ephèse (via Opera News )

brice kanga paul yao yao

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires