Sign in
Download Opera News App

 

 

Pour sortir sa nièce des pétrins, la tante se fait passer pour l’épouse du général Apalo

Ça pourrait être une banale histoire de couple comme on en voit partout. Mais là, face à la Police devant laquelle Christophe Copin a porté plainte contre Sylla Djénéba Xenab, son ex-petite amie pour «vole» de son véhicule, dame Aïcha Sorra, a tenté de sortir sa nièce des pétrins en se faisant passer pour «Mme Apalo».

Joint par téléphone, le Général de corps d’Armée Alexandre Apalo Touré n’a pas caché sa stupéfaction face à cette information : «Je ne connais pas de femme de ce nom. Tout le monde connait ma femme ici, elle ne s’appelle pas Aicha Sorra. Et puis entre nous, ce n’est pas parce qu’on dit que c’est ma femme que la procédure va s’arrêter. Si c’est parce qu’elle s’est faite passer pour la femme que les policiers n’ont pas fait leur travail, c’est que ce n’est pas la peine. D’ailleurs je vais vérifier l’information et si possible, la mettre aux arrêts».

Les faits : Christophe Copin, (42 ans), chef d’entreprise de nationalité française, exerçant dans le bâtiment et l’Ivoirienne Sylla Djénéba Xénab (31 ans), ravissante commerçante de son état font connaissance lors d’une virée mondaine, où ils se rencontrent pour la première fois. C’est le coup de foudre !

Pour Sylla Djénéba Xénab, pas question de retourner le véhicule à son ex (Ph DR)

 «Je l’ai rencontrée dans un bar en Zone en 2019, et quelques temps après, elle est tombée enceinte de moi. C’est là, que j’ai pris la décision de l’accueillir chez moi puisqu’elle était enceinte (…) » se souvient le français qui poursuit : « Après, je me suis aperçu que c’est une femme qui était beaucoup plongée dans le domaine de la nuit. Je me suis ensuite aperçu qu’elle dépensait beaucoup d’argent, alors qu’elle n’en gagnait pas. Elle pouvait dépenser des millions (Cfa) dans la semaine. Et pourtant, elle n’a pas d’activité génératrice de réels revenus. Elle avait un magasin qui lui servait d’écran pour continuer de rester dans la nuit. C’est quelqu’un qui dort et qui se réveille le lendemain autour de midi et qui sort pour revenir autour de 22 ou 23 heures, qui revient et qui ne s’occupe pas du tout de son enfant.  C’est alors qu’en décembre dernier, j’ai pris la décision de lui dire de partir de chez moi. (…) Elle est une grande adepte de la magie noire. J’ai retrouvé énormément de choses chez moi. Sous mon lit et dans les recoins de ma résidence : des poudres, des médicaments, comme on le dit en Afrique, des papiers attachés avec du fil, des flacons de toute sorte pleins de liquides, de l’urine, à l’intérieur, j’ai découvert pas mal de choses bizarres chez moi.

Elle est partie avec l’une de mes voitures. C’est une Mercedes C 300, immatriculée : 3122, sans mon autorisation. Quand je lui ai demandé où est la voiture, elle m’a répondu qu’elle n’avait pas à me dire où elle l’a mise (…) J’ai donc fait appel à Maitre Ouraga, mon avocat, pour faire une plainte pour vol de liquidité parce qu’elle avait l’habitude de me voler. Et aussi pour le vol de ma voiture.  La plainte est partie et quelques semaines après, à notre grand étonnement, je me suis aperçu qu’elle avait mis la voiture à son nom. Je crois même qu’elle l'a vendue après. C’est là que nous nous sommes rendus à la Police Judiciaire (Police Criminelle : Ndlr) au Plateau, pour le signifier à la Police. Comment elle a pu faire ça, alors qu’elle n’a aucun document d’achat. Je ne comprends rien ! Mais depuis, sa tante ne fait qu’appeler la Police pour lui demander de sursoir à l’enquête parce qu’elle dit être la femme du général Apalo, de la gendarmerie nationale.

Des propos confirmés par l’un des officiers en charge de l’affaire qui dit, malgré toutes ces «intimidations», avoir bouclé le dossier et remis au bureau du Procureur.

Réaction de la partie mise en cause…

48 heures après, nous rentrerons en contact avec Sylla Djénéba Xénab afin de recueillir sa réaction. Elle promettra nous rappeler plus tard. Puis sa tante Aïcha Sorra de rentrer en contact avec nous : «(…) La voiture appartient bel et bien à ma nièce. Comment peut-elle voler une voiture qui lui appartient déjà ». Les minutes qui suivront, nous recevrons un coup de fil, cette fois, émanant du cabinet d’avocat Lago & Douka : «Je suis Maître Douka, l’avocat de Mme Sylla Djénéba Xénab. (…) La carte grise de la voiture porte bien le nom de ma cliente. C’est la seule réponse que je pourrais vous donner, au nom de ma cliente. C’est tout ! »

 

 

 

 

Content created and supplied by: Eric_Stephane (via Opera News )

christophe copin sylla djénéba xenab

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires