Sign in
Download Opera News App

 

 

Nigéria : des prophétesses qui pilent les enfants vivants dans un mortier ont été arrêtées

Les forces de l'ordre nigériannes ont mis fin au calvaire des enfants en interpellant deux femmes dites prophétesses qui les maltraitaient sans cesse dans l'État d'Anambra.

La police de l'État d'Anambra, situé dans le sud-est du Nigeria, a annoncé l'arrestation de deux femmes dites prophétesses, respectivement âgées de 33 ans et 80 ans et appelés R.R et C.F.N, par des agents de police rattachés au poste de police 3-3 Nkwelle.


D'après les informations rapportées, après un long moment d'enquête, la police a pris d'assaut l'habitation desdites femmes où elle a trouvé trois enfants, dont deux garçons et une fille, qui étaient gravement blessés et avaient l'air mal nourris. De plus, ils avaient les os brisés et baignaient dans le sang à côté de beaucoup de fétiches, y compris un mortier et une multitude de pilons, des cannes tachées de sang et plein d'autres choses encore.


A cet effet, les enfants ont été trouvés dans un état catastrophique et de choc car selon la police d'Anambra, « les enfants ont été soumis à une série de tortures physiques et émotionnelles qui les ont rendus inconscients ». Car il étaient obligés de faire leurs besoins dans un petit sceau sans avoir la possibilité de sortir. Une situation qui n'a pas pu permettre à ces enfants, dont les parents n'ont pas été retrouvés, de parler car trop abattus.


Les enfants ont donc été envoyées d'urgence à l'hôpital pour des soins. Et le commissaire de police Bala Kuryas a ordonné une enquête discrète sur les circonstances entourant ladite affaire à la suite de laquelle les suspectes seront traduites en justice. En attendant le début de ces enquêtes, elles sont dans la main des forces de l'ordre car plusieurs sources affirment qu'elles possèdent un ministère d'église mais s'adonnent de même à des pratiques fétichistes comme le fait de piler les enfants dans un mortier. Affaire à suivre.

Content created and supplied by: Balamba (via Opera News )

nigeria

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires