Sign in
Download Opera News App

 

 

Ghana: Des enfants contraints à l'esclavage risquent leur vie en pêchant en profondeur (Vidéo)

Des enfants contraints à l'esclavage risquent leur vie en pêchant en profondeur

Une enquête menée par le confrère CBS News nous a révélé qu’il y aurait eu encore des pratiques d’esclavagistes dans nos sociétés. Plus précisément au Ghana. Au cours d'une enquête, il s’avérait que certains parents s’endetteraient au profit de leurs enfants.

Sur Lac Volta, les navires branlants sont remplis de jeunes garçons, piégés comme les poissons qu'ils attrapent et forcés de plonger profondément pour libérer des filets emmêlés.Poussés par la pauvreté, des milliers d'enfants y pêchent, ​​certains travaillent dans l'entreprise familiale, mais beaucoup ont été vendus comme esclaves des temps modernes a écrit CBS News.

C’est le cas de Noah, une victime de Lac Volta, il raconte son calvaire.

Interroger par le CBS News, le jeune a déclaré qu’à la mort de sa mère, son père aurait contracté un prêt de 500 $ pour payer les funérailles de sa mère. En échange, Noah, qui aurait huit ans, devrait passer 15 ans comme esclave pour rembourser la dette.« Cela me brise le cœur », a déclaré Noah à CBS News. « Je n'ai pas pu aller à l'école ». Il serait échappé après trois ans de pêche sur le lac Volta.

Continuant l’enquête, Un trafiquant devenu informateur, Wallace, qui cache sa véritable identité parce qu'il aurait été infiltré, a sauvé plus de 150 enfants comme Noah for Love Justice, une organisation caritative internationale. CBS News l'a accompagné dans son travail d'infiltration.Ce dernier a déclaré à CBS News qu'il pouvait acheter un enfant pour environ 80 $ et qu'au cours des 25 dernières années, il a acheté des milliers d'enfants. Il a déclaré que la pire chose qu’il n’ait jamais faite en tant que propriétaire d'esclaves était "de forcer un enfant qui ne sait pas nager à plonger au fond du lac. Ils pourraient descendre et ne jamais remonter". Selon la même source, Les Nations Unies estimait qu'un enfant sur 10, soit environ 160 millions d'enfants, serait forcé de travailler et beaucoup le feraient dans des conditions horribles.

Noah aurait dit qu'il était battu s'il ne faisait pas ce que son propriétaire d'esclaves demandait. Il rêverait désormais de devenir médecin, mais les premières cicatrices à guérir sont celles qu'il aurait en lui.

Il a terminé ses propos par "Dieu le punisse", ce qu'il dirait à son ancien propriétaire d'esclaves.

Content created and supplied by: Voix-d'Afrique (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires