Sign in
Download Opera News App

 

 

Les juges de la CPI reduisent la peine d'un prisonnier malien

La peine de la Cour pénale internationale (CPI) contre Ahmed Mahdi a été réduite de deux ans.Les Maliens ont été condamnés à neuf ans de prison pour avoir pris part à la destruction de neuf mausolées de Tombouctou lors de l' occupation du nord du Mali par les défenseurs islamiques et les djihadistes d' Aqmi. Ahmed Mahdi devait partir le 18 septembre 2022 et il a été envoyé à la prison écossaise où il purgeait sa peine.


Deux arguments convainquent les juges. D' abord, ils croient que l' ex leader de la police des mœurs de Tombouctou sera capable de se réinsérer dans la société. Ils estimaient également que sa coopération avec le bureau du procureur était sans faille. Arrêté par la force Barkhane et detenu au Niger, Al Mahdi n' a pas caché sa volonté de coopérer avec les enquêteurs de la CPI dès son premier interrogatoire et n' a jamais cessé de coopérer.

Devant la CPI, il a par la suite plaidé coupable de crimes de guerre. Il a également fourni au procureur de nombreuses informations afin qu' il puisse compléter le dossier des crimes commis au Mali. Mais si son avocat exige sa libération immédiate, il passera tout de même plus de neuf mois en prison. Car si certaines victimes ont accepté de pardonner à l' ancien djihadiste, d' autres se sont opposées à sa libération. Ils pensent que Mahdi pourrait rejoindre à nouveau le groupe armé et provoquer des troubles. Quant aux autorités, elles estiment que les Maliens, en premier lieu les habitants de Tombouctou, n' ont pas encore pansé les blessures causées par les inconduites criminelles. Ahmed Al Mahdi devrait sortir le 18 septembre 2022, mais la prochaine destination est encore incertaine. Il pourrait demander l' asile dans un autre pays de la région.

Content created and supplied by: Kouiti (via Opera News )

Ahmed Mahdi CPI Mali Tombouctou

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires