Sign in
Download Opera News App

 

 

Alors qu'elle voulait voir son frère raflé, une dame se fait matraquer par un policier.

Après une visite rendue à leur soeur aînée le mercredi 16 décembre 2020, les frères SIDIBÉ décident de regagner leur domicile aux environs de 21h. C'est en ce moment qu'ils sont interpellés par une patrouille de la police qui semble-t-il opérait des rafles. Les deux frères ont été conduits à la préfecture de police d'Abidjan.

C'est un appel d'un agent de police en service à la préfecture qui informe dame SIDIBÉ de l'interpellation de ses frères. Son interlocuteur lui fait savoir que l'un de ses frère étant mal en point sera "déposé" à l'endroit où ils ont été embarqués par la police. Elle s'y rend et le trouve couché à même le sol dans un état fébrile.

Par la suite, elle décide de se rendre à la préfecture de police en compagnie de sa fille pour s'enquérir de la situation de son frère SIDIBÉ S.

Pendant qu'elles y sont et expliquant aux agents de police le motif de leur présence en ce lieu à cette heure (23h), l'un des agents de service, le sergent KONAN K. JY s'est aussitôt mis en colère prétextant qu'elles ne devraient pas être là, leur présence est donc inopportune selon lui. Dame SIDIBÉ rétorque qu'elles sont là parce que son frère a été raflé.

Une discussion s'engage entre la requérante et l'agent de police. Profitant dune inattention de son collègue de service il s'empare d'une matraque et la tabasse sous les yeux médusés de sa fille.

Trouvant cet acte humiliant et inacceptable dame SIDIBÉ a saisi par une plainte l'Inspecteur Général des Services de Police 

qui a ouvert une enquête.

 Les résultats de l'enquête ont été transmis au Commissaire du Gouvernement. L'Amiral Ange KESSI a convoqué les 5 policiers mis en cause pour le 4 juin 2021

Cest le lieu de rappeler que la lutte contre le racket, les violations graves des droits humains, les rafles dégradant, les tracasseries suivies de racket ne peuvent cesser que si les victimes portent plainte. Si vous ne dénoncez pas, si vous ne portez pas plainte là où il faut comme l'ont fait dame SIDIBÉ et il y'a un peu plus longtemps dame Viviane EKOU grâce à qui un officier le Lt YAO K. a été arrêté pour rafle suivie de racket en février 2020.

Comment voulez vous que ces policiers réfractaires aux consignes arrêtent de vous emmerder si vous ne saisissez pas le Tribunal Militaire ? Faites comme dame SIDIBÉ et dame EKOU. Ne restez pas dans les réflexions du genre "je laisse pour moi à Dieu." 

Portez plainte à l'inspection générale de la police à la cité administrative tour c ou au Tribunal Militaire et ces policiers.

Content created and supplied by: Tribunalmilitaireabidjan (via Opera News )

SIDIBÉ

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires