Sign in
Download Opera News App

 

 

Aristide Bancé nous donne une leçon de vie en racontant une anecdote sur sa période de galère


Dans un texte intitulé ''Sur le chemin de la réussite", le footballeur international Aristide Bancé évoque ce matin sa période de galère, bien avant qu'il ne décroche son premier contrat en Europe :


       "Quand j'ai quitté la Côte d'Ivoire, mon pays de naissance et d'adoption pour tenter une aventure footballistique au Burkina Faso, mon pays d'origine, j'ai été inscrit au club Santos FC. Plein de mes amis venaient à l'entraînement à moto tandis que moi j'y allais en faisant du footing, à la marche, ou à vélo. J'arrivais au terrain, les nerfs et le sang vraiment chauds ! 


      Cependant, je regardais les gens dans la ville, mes proches et les autres, qui circulaient en moto. Moi aussi j'en voulais une, parce que non seulement ça facilitait le déplacement, mais ça imposait aussi le respect et le farot. Je suis donc allé voir mon frère aîné, Lazare Banssé, pour lui demander de m'acheter une bicyclette. Selon ce que j'ai toujours su de lui, c'est quelqu'un qui aime les travailleurs et les défis. Il m'a exigé des résultats sportifs et que si j'arrivais à exceler sur le terrain, il me récompenserait en m'offrant une moto. Pendant le début du championnat, très motivé, je me suis hissé parmi les meilleurs attaquants ! Voyant cela, mon frère a tenu parole en m'achetant une moto toute neuve. J'étais en joie, et prenais l'accélérateur en faisant le tour de la ville, en faisant en quelque sorte le malin avec mon joyau. 


      Mais vous savez quoi ? À partir de ce moment-là, mon rendement a commencé à baisser sur le terrain. J'apparaissais moins efficace sur la pelouse, peut-être distrait, moins concentré, avec une décroissance en énergie, je ne sais pas. J'ai cherché à savoir ce qui n'allait pas et j'ai fini par conclure que la raison de ma baisse de performance, c'était la moto ! Quand je l'ai rangée pour vivre simplement comme à mes débuts, je me suis remis à cartonner à nouveau jusqu'à l'arrivée, la même année, d'un recruteur belge qui avait besoin d'un unique attaquant qu'il enverrait en Europe. Et son choix s'est porté sur moi. C'était en 2003, et une belle carrière internationale a commencé pour moi dès lors : Lokeren, de beaux souvenirs en bundesliga en Allemagne, Mayence.❤


       Parfois quand nous nous battons sur le chemin de la réussite, nous voulons tout à notre disposition, comme moi qui voulais une moto. Nous oublions parfois que la simplicité peut être un élan de motivation et une source de travail. Le footing ne me faisait-il pas plus de bien qu'une moto en échauffant mes nerfs ? Comprenons que l'or a plus de valeur que l'argent, mais au marché, on ne fait pas d'achat avec cet or, mais avec un peu d'argent."


La leçon que vous retenez de ce texte de motivation ?


LCB

Content created and supplied by: LouisCésarBANCE (via Opera News )

aristide bancé burkina faso

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires