Sign in
Download Opera News App

 

 

Vincent Labrune s'invite la tête de la ligue

Donné grand favori, le journaliste et animateur – mais aussi ancien président de club, au Paris-Saint-Germain (PSG) et à Châteauroux (Indre) – a vu Vincent Labrune lui griller la politesse pour succéder à Nathalie Boy de la Tour, élue en 2016 et qui passait son tourA 49 ans, Labrune effectue un retour surprise dans le monde du football professionnel français après son départ, ou plutôt son éviction, de la présidence de l’Olympique de Marseille (OM), poste qu’il a occupé entre 2011 et 2016. Désigné « pire patron de l’OM » par le quotidien La Provence, cet Orléanais aux cheveux mi-longs et à l’allure de dandy hérite pour quatre ans d’un poste aussi prestigieux qu’exposé. Surtout dans le contexte actuel.ion

  • Le présentateur et ancien président du PSG Michel Denisot était pressenti, mais c’est finalement un ex-patron de l’OM qui a été élu à la tête d’un football professionnel français plus divisé que jamais.

Une élection à la présidence de la Ligue de football professionnel (LFP) ressemble parfois à un conclave du Vatican. On y entre pape et on en sort cardinal. Michel Denisot en a fait l’amère expérience jeudi 10 septembre.

Donné grand favori, le journaliste et animateur – mais aussi ancien président de club, au Paris-Saint-Germain (PSG) et à Châteauroux (Indre) – a vu Vincent Labrune lui griller la politesse pour succéder à Nathalie Boy de la Tour, élue en 2016 et qui passait son tour.

A 49 ans, Labrune effectue un retour surprise dans le monde du football professionnel français après son départ, ou plutôt son éviction, de la présidence de l’Olympique de Marseille (OM), poste qu’il a occupé entre 2011 et 2016. Désigné « pire patron de l’OM » par le quotidien La Provence, cet Orléanais aux cheveux mi-longs et à l’allure de dandy hérite pour quatre ans d’un poste aussi prestigieux qu’exposé. Surtout dans le contexte actuel.

Si l’ancien dirigeant marseillais souhaite être le président de l’apaisement, il va déjà devoir commencer par solder ces vieilles rancœurs. Ce qui est loin d’être gagné dans le cas d’un Aulas qui menace toujours de poursuivre la LFP en justice et de lui réclamer 117 millions d’euros d’indemnités pour son club, en raison de l’arrêt prématuré de la saison alors que l’OL n’occupait pas une place européenne.

L’autre gros dossier qui l’attend est la réforme de la gouvernance d’une Ligue qui doit réaffirmer son indépendance et son autorité face à des clubs surtout soucieux de défendre leurs intérêts personnels. La tâche s’annonce délicate. Labrune risque de devoir composer entre des « gros » désireux de pousser à la création d’une société commerciale sur le modèle du championnat anglais, et des « petits » préoccupés par une juste répartition des droits TV.Mais avant tout cela, le nouveau président doit trouver un directeur général, un poste stratégique au sein de la LFP. Labrune aurait bien maintenu Didier Quillot, mais ce dernier n’était plus en odeur de sainteté auprès de certains présidents et avait annoncé qu’il ne s’accrocherait pas à son poste. Deux profils « maison » sont évoqués pour lui succéder : ceux d’Arnaud Rouger, directeur des activités sportives (jusqu’à sa démission récente), et de Mathieu Ficot, chargé des droits médias à la LFP. L’heureux élu devrait être connu dès ce vendredi.

Content created and supplied by: Wilfried12 (via Opera News )

Nathalie Boy Olympique de Marseille PSG Tour Vincent Labrune

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires