Sign in
Download Opera News App

 

 

L'improvisation érigée en mode de gestion du sport en Afrique noire

 

Les sportifs africains, à l’instar de leurs concurrents des autres continents, participent régulièrement aux différentes compétitions. Dans les diverses disciplines sportives, les africains ont souvent fait montre de beaucoup de talents. Que ce soit en football, en athlétisme, en boxe, etc., l’Afrique compte des champions de niveau mondial.

Cependant, ces énormes potentialités ne sont pas exploitées au maximum, en vue de récolter partout des victoires. Cette faiblesse trouve sa source dans le manque d’organisation du sport dans plusieurs pays.

S’il est vrai que les aptitudes naturelles sont importantes pour être champion dans une discipline donnée ( les courses de fond et de demi-fond monopolisées par les athlètes du Kenya et d’Éthiopie), la préparation adéquate des sportifs avant les compétitions est souvent un gage de victoire.

C’est à ce niveau que les politiques sportives de mains pays d’Afrique noire sont défaillantes.

Du simple non-paiement des primes des équipes, aux stages bâclés et même au manque d’infrastructures nécessaires pour une bonne préparation sont souvent des freins à la réussite des sportifs. Des histoires invraisemblables concernant les sportifs africains, ont éclaté avant ou après de grandes compétitions.

Les exemples sont légions et dans tous les pays : en 2006 lors du mondial de football en Allemagne, les Éperviers ont menacé de ne pas jouer si leurs primes ne sont pas versées. Conséquence, la démotivation. Les primes des Éléphants, vainqueurs de la CAN 2015, n’ont pas été payées à temps. L’équipe ivoirienne olympique de football n’a pas bénéficié de préparation digne avant de se déplacer au Japon, pour les jeux olympiques de Tokyo, etc. etc.

Les autorités doivent comprendre que le sport est devenu une véritable industrie. Son importance dans la vie d’une nation est telle, qu’une politique du sport doit être conçue et mise en œuvre pour l’honneur du pays et la fierté des habitants. Les improvisations ne sont plus tolérables car lorsque le drapeau du pays est hissé au plus haut et l’hymne national retentit à la suite d’une victoire, c’est le cœur de tous les habitants qui vibrent.

 

 

Content created and supplied by: Bli59 (via Opera News )

afrique noire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires