Sign in
Download Opera News App

 

 

Politique : Laurent Gbagbo et les mouvements ou associations désormais "je t'aime, moi non plus" ?

Entre Laurent Gbagbo et son ex-bras droit Charles Blé Goudé les rapports ne seraient plus au beau fixe.


Par Richard Gallet


Ce Mercredi 22 Septembre, un communiqué faisant état des préparatifs d'une manifestation d'hommage aux victimes des évènements qui ont eu lieu à Gagnoa en 1970 et plaçant l'événement sous son parrainage a fait l'objet d'un démenti très ferme de la part des services de communication proche de Laurent Gbagbo. Une réaction qui n'a vraisemblablement rien d'un hasard et qui trahit une nouvelle ligne de l'ancien pensionnaire de la prison de Scheveningen à la Haye. 


Il aurait décidé de changer à ce point ? Depuis son retour au pays, l'ex-président de la république semble avoir tiré les leçons du passé. Du moins en ce qui concerne les mouvements, clubs de soutien ou associations. Ce Mercredi , en réfusant que son nom soit associé " sous quelques formes que ce soit à une telle manifestation par laquelle, il ne se sent, par ailleurs, nullement concerné ", et celà assorti de " représailles judiciaires ", on comprend que ces groupements qui avaient pignon sur rue lors de son mandat seraient devenus aujourd'hui un repoussoir. 

L’histoire politique a bon dos. Durant la crise post-électorale, des mouvements comme deux millions de filles pour Gbagbo, J'aime Gbagbo, le Cojep, pour ne citer que ceux-ci se bouscoulaient au portillon de la résidence privée de l'ex-chef de l'État et menaient bataille sous le regard bien vaillant de leur référent politique. " La présidence avait dégagé les grands moyens, assure une source proche de la galaxie patriotique. Connaissant la générosité de l'Homme, Il y a eu à boire et à manger pour tous". 


" Des mouvements se sont créés et ont affaibli le parti, nous n'en voulons plus" 

Mais cette période a laissé, certainement, un goût amer à l'ex-prisonnier de la Haye qui aurait " décidé de faire comme l'autre en face". 

" Plus de mouvements, ni d'associations ou autre structure existante à coté de l'instrument politique qui va naître dès le 17 Octobre " a martelé Marie Odette Lourougnon en charge de la mobilisation pour le compte du nouveau parti de Laurent Gbagbo, lors de sa visite à l'Est du pays. " Les mouvements nous ont créés assez de problèmes, souligne-t-elle sans pour autant fait savoir si elle fait allusion ou non au Cojep ou au Mouvement des Générations Capables dernier né des mouvements de l'écurie de Simone Ehivet Gbagbo. Des mouvements se sont créés et ont affaibli le parti, nous n'en voulons plus. On a demandé que tous les mouvements puissent se fondre dans le nouveau parti, c'est une autre ère qui s'annonce". 


De l'autre coté, on estime que l'heure n'est plus à la polémique.

Estimant que le temps des soutiens à un individu pour " aller contre un autre" est révolu, le Secrétaire Général et porte-parole du Cojep, Docteur Patrice Saraka a rappelé, dans la soirée du Mercredi sur un plateau de télévision avec des mots à peine voilés, la volonté de Blé Goudé de s'affranchir de la tutelle de son mentor. " Je tiens a rappeler que le Cojep existait déjà depuis 2001 en tant que mouvement mais qu'il est passé désormais parti politique", a déclaré l'invité. Même tonalité avec la Nacip de Jichi Sam dit Sam l'Africain qui compte se tenir à carreau de la création du nouvel organe politique tout en réitérant sa volonté à faire partir d'une future plateforme autour du président Laurent Gbagbo. 

On le voit. C’est une ligne de crête escarpée sur laquelle marche Laurent Gbagbo. Il va lui falloir redoubler d’habileté pour mener sa stratégie à bien au risque de froisser_ encore_ des sensibilités. " Il a dit que celui qui ne veut pas s'aligner est libre de partir" rappelle un cyberactiviste proche du Woody de Mama comme pour souligner que l'ancien président est prêt à parer à toutes épreuves et décidé à ne plus ménager la chèvre et le chou.  

 

Like et laisse un commentaire. 

Content created and supplied by: GALLETRICHARD (via Opera News )

charles blé laurent gbagbo richard gallet

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires