Sign in
Download Opera News App

News Sports

 

Soccer

 

La Liga

JO Tokyo : "les éléphants ne veulent pas d'une demi-finale", terrassés 5-2, les notes individuelles


Par Richard Gallet

Qui a brillé ? Qui s'est planté ? Les éléphants U23 ont été éliminés (5-2) par leur homologue espagnols ce samedi matin 31 Juillet à Meajigui en match comptant pour les quarts de finales du tournoi de football au Japon. Découvrons les notes individuelles des joueurs ivoiriens.


C'était peut-être la marche de trop pour les éléphants olympiques. Le rêve des ivoiriens se brise à l'étape des quarts de finales face aux espagnols ce samedi 31 Juillet à Meajigui. Ils se sont inclinés (5-2). Pas qu'ils n'en avaient pas les moyens d'une qualification mais en raison des erreurs défensives. À ce niveau de la compétition, celà est impardonnable. 


Ira tapé (3).- ce serait-il la présence de Bailly et Dabila le gage d'une assurance du portier ivoirien ? Ira tapé aura montré en l'espace de cette opposition toute la frilosité dans ses perches. En prolongation surtout ne sortant aucun arrêt décisif sur des assauts espagnols. Déjà coupable en première période sur la remise de la poitrine de Singo occasinant le but, le gardien se San-pedro aura certainement remis au grand jour les critiques portées en son encontre. Hésitation( sur le deuxième but espagnol), manque de communication avec sa défense, absence de caractère, relance hasardeuse en plein axe de la défense montrent son manque d'application. Il doit grandir. 


Wilfried Singo (4).- Luis de la Fuente Castillo avait senti que le couloir droit de Singo était non seulement le point fort par qes montées ravageuses et qu'il avait matière à exploiter. Les frissons, le latéral de Torino pas aidé par Cheikh Timité dans son couloir face à Pedri et Juan Miranda nous en aura servies ! Après sa perte de balle qui a occasionné le but annulé pour hors-jeu, il joue de fébrilité et/ou de naïveté en refusant d'accompagner son ballon sur sa remise se la poitrine qui occasionne le but égalisateur. Esseulé, réduit aux phases défensives, il se serait battu comme il peut pour se sortir des griffes espagnoles. Il ne fut pas plus aidé par Amad Diallo. 

Éric Bailly (4,5). Son plongeon d'entre les jambes d' Eric Garcia aura auguré de l'ascendant physique et de la détermination du Mancunien. Aidé par une faculté d'anticipation qui est son point fort, Il a donné quelques fois des signes d'une trop grande assurance ! Deux labs dans la défense ! Coupable devant l'attaquant de wolves Rafa Mir qui égalise dans les ultimes arrêts de jeu et dans le penalty concédé. On s' interroge encore sur l'opportunité de s'exiler en attaque alors que les offensives se comptent sur les bouts des doigts. 


Dabila Yves (4,5). Match tranquille pour le roc ivoirien. Une fois encore, il a montré que son entente avec Bailly est l'un des points forts de cette équipe. La preuve, il était à un centième près de son compère lors du but. Un bémol : sa lenteur révélée sur l'exterieur de Dani Olmo. À l'image de toute l'équipe, il a sombré par la suite. 


Diallo Chester (4).- il est allé au duel avec les espagnols surtout asensio du Real de Madrid bien qu'il ait souvent manqué de vitesse. Il aura réussi à soigner ses centres cette fois-ci. Un bon centre en retrait vendangé par Dao. Youssouf 21'. Il récidive aux 45' , 55' , 93' malheureusement il ne trouve preneur. Évanoui dans l'antre des prolongations, il a offert des boulevards aux espagnols qui en ont profité en inscrivant 2 buts. 


Eboué kouassi (4).- C'est sur son ballon 7' repoussé en corner par le gardien Inai Simon qu'intervient l'ouverture du score. Son association avec Kessié n'a rien révélé. N'est pas Benaccer( coéquipier de kessie9au Milan AC) qui veut ! Son repositionnement est une véritable plaie pour l'équipe sur les retraits chirurgicaux d'Asencio. Coupable d'hésitation pourtant sur une balle anodine, il est à l'origine de l'égalisation espagnole dans les derniers instants de la partie 89'. Sorti à la 113' remplacé par Koffi Koua dont l'apport fut inexistant. 


 Franck Kessié(4,5).- il n'y aura existé que par son impact physique. Premier point d'appui, la panthère n'a pas eu du répondant comme à l'accoutumé. Manquant d'orienter le jeu, il n' a pas paru cet homme qui maîtrise aussi bien les espaces. Quelques tirs qui auraient pu trouver le cadre par faute de précipitation. Par la force des choses, il s'est retrouvé en défense pour suppléer l'absence de Bailly. En vain. 


Cheikh Timité(3,5).- une reprise de volée qui aura pu trouver meilleure issue. Quelle explosivité en première partie avant de s'éteindre au fur et à mesure. Il aurait pu faire profiter de sa vitesse s'il avait été trouvé bien souvent par ses coéquipiers. Remplacé par Amad Diallo 62'. Le mancunien a apporté de l'eau au moulin de ses détracteurs. Frêle, manquant de conviction, mauvais choix dans la dernière passe, il a paru limite dans le jeu (4,5)


Max Gradel (5).- il aura mené de bout en bout les attaques ivoiriennes. " Le tueur de lion" a embêté, a percuté et a marqué d’une belle frappe du gauche 84'. Et il aurait pu faire mieux sur certaines occasions 73', 95'. Bon tournoi du capitaine. 


Dao Youssouf(4 ).- grande impression de vitesse et remuant sur le front de l'attaque, il aura beaucoup couru montrant qu'il a de la réserve dans les poumons. Maladroit, sa frappe du gauche 34' est repoussée in extremis par le gardien espagnol. Après plus rien. 

Christian Kouamé (3).- Quelques courses de pressing jusque dans la défense ont révélé son excellente condition physique. Mais ce qu'on demande à un attaquant est de se procurer des occasions de buts ou d'essayer ce petit truc capable de mettre le feu à une défense adverse. Mais ce sera trop demandé à l'attaquant de la Fiorentina qui aura plutôt débourser de l'energie à défendre. Christian a eu du mal à se mettre en valeur. Devant une défense d'un moindre gabarit, il se contente de jouer trop juste. Remplacé par Kader Abdul Keita 89' qui aura tenté d'exister avant de se laisser emporter par le naufrage psychologique et collectif de l'équipe(3,5)

 

Soualiho Haidara 4

Le coach a opéré une rotation avec un seul changement par rapport à l’Allemagne : le retour d' Eboué kouassi à la place de Doumbia. Reconduisant le 4-4-2 de la seconde période avec les allemands, le coach a montré au début du tournoi qu'il ne meurt pas avec ses idées. Mais voilà ! Chaque système a ses failles. Et contrairement aux autres le 4-4-2 offre assez de boulevards s'il n'est pas bien huilé. Il aura appris à ses dépens en subissant les assauts répétés des espagnols sur les ailes. Incapable de se remettre en cause( ce qu'il avait fait auparavant) en gardant le même schéma de jeu et compte tenu du manque de profondeur de son banc( Bayo Vakoun n'a pas pu être remplacé) il aura laisser passer une énorme chance de faire mieux que ses prédécesseurs en passant le cap des quarts de finale. 


Like et laisse un commentaire.

Content created and supplied by: GALLETRICHARD (via Opera News )

jo tokyo richard gallet

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires