Sign in
Download Opera News App

 

 

Les Eléphants proches du hold-up au Cameroun / Un supporter Camerounais : "Tout finit" aujourd'hui

A quelques heures du match Côte d’Ivoire-Cameroun qui se joue ce Mardi 16 Novembre au stade de Japoma à Douala, au Cameroun, la pression monte dans la tanière des ‘’Lions indomptables’’. Face au Malawi ce Samedi 13 Novembre, la bande à Antonio Conçeicao a eu droit à une ballade de santé en écrasant les Malawites sur le score de 4 à 0.

Mais, ce Mardi, c’est une toute autre histoire pour les Camerounais qui en plus d’être condamnés à gagner face à une équipe Ivoirienne qui débarque avec un précieux point d’avance, devront également faire échec au dispositif du technicien Français, Patrice Beaumelle qui peut se targuer de détenir les arguments nécessaires pour édenter les lions. L’équipe Ivoirienne en a des ressorts.

Tant au niveau de l’attaque, que de la défense, tout comme dans l’entrejeu ou sur les flancs. Serge Aurier et ses coéquipiers ont les moyens de réaliser le hold-up sur le bijou sportif des Camerounais, le stade de Japoma, dont la pelouse ne devrait que contribuer à dérouler les automatismes entre les joueurs Ivoiriens. Les Camerounais le savent. La partie de ce soir sera loin d’être une sinécure. Pour le pays entier, les enjeux sont décisifs puisqu’il s’agit d’arracher les 3 points pour décrocher une présence au Qatar lors du mondial de 2022. Cependant, la qualité de l’adversaire pousse certains à se résigner, même si patriotisme oblige, il faut s’efforcer d’y croire.

Ce sentiment mêlé de crainte et de foi en l’impossible, transparaît amplement dans une série de micro-trottoirs réalisés par le média en ligne NLA Vidéo, successivement après les victoires du Cameroun face au Malawi (4-0) et de la Côte d’Ivoire sur le Mozambique (3-0). Il est 18h16 GMT ce Lundi 15 Novembre, lorsque nous recevons un appel de Douala, au Cameroun. Au bout de la ligne, des supporters Camerounais déchaînés, mais d’un fair-play remarquable qui tiennent à nous chahuter à la veille de cette petite finale. L’un d’entre eux, un confrère, directeur de publication du quotidien ‘’Horizons Nouveaux’’, Pierre-Claver et à côté de lui, un de ses proches, Frank.

L’accent Camerounais bien huilé, les deux hommes titillent notre fibre patriotique en vantant la qualité de la pelouse de Japoma. Mais, Frank, surexcité à l’approche du match se montre d’un optimisme assez impressionnant : ‘’Djogloume, ça veut dire ‘’village des éléphants’’ en langue Bassa. Ça va jouer fort. Ce sont deux frères jumeaux. Mais, honnêtement, ça nous fait plaisir. On vous a laissé le temps d’être les premiers au niveau du classement. Mais, tout finit demain’’. On en prend bonne note.

Non sans recommander à notre interlocuteur de se préparer à toute éventualité parce que le scénario du 04 Septembre 2005 au stade Houphouët-Boigny à Abidjan, lorsque le Cameroun d’Eto’fils faisait chavirer les espoirs de la Côte d’Ivoire entière, en dominant les éléphants par 2 à 1, pourrait se reproduire chez eux. Mais, à l’inverse. Le ton est donné. Place au jeu. Seul le réalisme départagera ces deux titans du football Africain.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

antonio conçeicao cameroun malawi patrice beaumelle serge aurier

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires