Sign in
Download Opera News App

 

 

Comment Pablo Escobar a changé le football colombien ?

On le sait tous, l’Amérique du Sud et le Football vive une grande histoire d’amour.

Si certains pays excellent comme le Brésil avec ces stars et ces 4 coupe du monde, d’autres sont à la traine.

Et ça longtemps été le cas de la Colombie.

Manquant au départ de budget et d’infrastructure, le foot colombien peinait à se développer et ce jusqu’à l’arrivé d’un homme : Pablo Emilio Escobar.

De 1938à 1986, l’équipe nationale ne se qualifie qu’une seule fois en coupe du monde et est d’ailleurs éliminé en phase de poule. En copa America le bilan est similaire.

Ce n’est qu’après 1986 que l’équipe commence à devenir crédible. L’équipe nationale étant faible, les clubs colombiens rencontrent évidement de grandes difficultés. En copa Libertadores il ne font clairement pas le poids face aux argentins ou aux brésiliens.

Et tout ça doit changer car Don Pablo l’avait décidé. Il faut savoir que du début des année 70 jusqu’à sa mort en 1993, Pablo escobar contrôlait totalement son pays. C’est lui qui dictait la loi. 80% du marché de cocaïne américain était distribué par ses soins. Il avait une fortune estimée à près de 30 milliards de dollars. Cette fortune avait besoin d’être blanchit et Pablo escobar a toujours été un fan de football. IL jouait au foot dans les rues de Medellín en tant qu’ailier gauche. Même si les affaire l’ont obligé à arrêter de le pratiquer, il ne s’en est jamais éloigné pour autant. Surtout qu’il réalisa qu’elle pourrait s’avérer utile pour son business. Et e 1980, il investit alors dans son club de cœur, l’Atletico national de Medeline. Ce qui va lui permettre de blanchir une grande partie de son argent car les billets de match son acheté en cash. Il ne se prise pas pour le faire dans les transferts de joueur qui sont surfacturé. Et il multiplie l’expérience avec d’autres club comme l’idenpendiente de Medeline, rival du National. Il exige à ses associés de faire de même.

Ainsi la majeure partie des clubs colombiens son dirigés secrètement par les narco trafiquant et cela a un impact immédiat sur les clubs de foot. Ils peuvent donc conserver leurs meilleurs joueurs et aussi recruter de nouveaux talents à l’étranger.

Le niveau de jeu s’améliore nettement et on assiste à un véritable essor du football colombien. L’exemple le plus marquant est l’évolution de l’aleatico National mené depuis 1987 par celui qu’on appelle El Pacho (Francisco Maturana) va totalement transformer cette équipe. Il développe un style de jeu révolutionnaire qui consiste à maitriser le ballon en une touche de balle dans les petits espaces. Même sil ne gagne que le titre en 1991, ls sont considéré comme un candidat sérieux au titre.

En 1989 L’atletico National participe à la Copa Libertadores et réalisent parcours digne d’un compte de fée. Avec une phase de poule quasi parfaite avec des victoire au score fleuve, elle rencontre l’un des plus grands clubs colombiens qu’ils éliminent en ¼ de finale. En ½ finale, ils font sensation en s’imposant contre le club uruguayen du Danubio 6 à 0. Et le 31 Mais 1989, ils jouent la finale retour ou ils ont perdu 2a 0 au match aller. Mais il arrive à arracher les prolongations et au cours d’une séance de tirs au but insoutenable, il arrive à remporter le titre.

Jamais une équipe colombienne ne l’avait remporté auparavant. Une immense fête est organisée au domicile de Pablo et tous les joueurs y sont invité. Chacun repartira avec une belle prime de la part de Don Pablo.

Tous le considèrent comme un sauveur, un ami, un Messi car c’est lui qui a fait construire un terrain de foot dans leur quartier et leur a donné leurs chances. Ainsi les joueurs sont proches de lui et le côtoient fréquemment en participant à des matchs privés que Pablo organise dans sa résidence. Et là encore il arrive à blanchir son argent en pariant des sommes énormes sur les résultats des matchs.

Et même quand il sera incarcéré les match et tournoi continuait à exister. Car il avait veillé à faire construire un terrain de foot dans sa prison : la fameuse cathédrale.

Maradona en personne avait même était convié à l’un de ces tournois.


Le temps passe et la Colombie continue de faire ses preuves, en 1990, elle se qualifie en coupe du monde, une première depuis 1962. Mais s’incline en 8eme devant le Cameroun de Roger Mila.

Le football colombien est en pleine ascension mais attention cette progression est loin d’être féerique. Car les cartels continuent d’être présent dans le football, ils parient de grosse somme d’argent et mettent donc une pression terrible sur les joueurs et le corps arbitral pour influencer les résultats en leur faveur. A cette époque rare sont les arbitres qui ne sont pas corrompu. En 1989, un arbitre du nom de Alvaro Ortega qui refuse cette corruption et refuse un but à l’independiente qui perds le match 3 à 2.

Avec cette défaite Escobar perds 750 000 dollars, et demande à ces hommes d’assassiner l’arbitre. Celui-ci sera retrouvé mort quelque jour plus tard.

Ce meurtre fait en effet scandale et la fédération suspend tous les clubs, aucun titre décerné cette année là et aucun club ne disputera la Copa libertadores.

En 1993 Pablo escobar se fait tuer dans une course poursuite mais cette mort ne semble pas affaiblir la main mise des narco trafiquant sur le football colombien. Elle est encore plus présente d’ailleurs.

A l’approche du mondial de 1994, les joueurs et l’entraineur subisse une pression terrible. Après la défaite contre en phase de poule contre la Roumanie, le fils du joueur Herrera est kidnappé et le frère de l’entraineur est menacé de mort.

Pour le second match, l’ambiance est insoutenable et la Colombie perd 1 à o sur un but contre son camp de Andres Escobar la star de l’équipe. La Colombie est donc éliminée de la compétition. Cette désillusion se transforme en drame national car quelque jour plus tard Escobar est retrouvé assassiné par les narco trafiquant.

L’ère doré du football colombien s’éteint avec ce décès car de nombreux joueur colombien décident de ne plus porter le maillot de l’équipe nationale tant que les nacos seront impliqué.

Peu a peu les cartels se retire alors du milieu du foot. Mais bien évidement leur départ va priver les clubs d’une manne financière considérable.

La Colombie va dégringoler au classement FIFA de la 4eme à la 34eme place mondiale. Entre 1994 et 2010 elle ne se qualifie qu’une seule fois pour la coupe du monde. Pour les clubs il faut attendre 10 ans pour voir l’un d’eu rééditer l’exploit de remporter la Copa.

Malgré ces performances mitigées, les supporters sont fiers de s’être libéré des narcos.

La Colombie fait absolument table rase du passé et voit apparaitre une nouvelle génération dorée, mené par James Rodriguez, Radamel Falcao, Juan Cuadrado, l’équipe nationale atteint son meilleur niveau. Lors du mondial de 2014, elle atteint les ¼ de finale et James Rodrigues termine meilleur buteur de la compétition avec 5 réalisations.

Même si aujourd’hui l’équipe rencontre quelque difficultés, l’équipe reste un adversaire redoutable qui ont su se construire une nouvelle identité.

Content created and supplied by: SieurKouame (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires