Sign in
Download Opera News App

 

 

Avec ces primes "dérisoires", le football en Afrique subsaharienne réussira-t-il à s'en sortir ?


Le championnat ivoirien s'est refermé ce samedi 26 juin 2021 avec la victoire de l'Asec Mimosas qui remportait par la même occasion son 27e titre de champion. Lors de la remise du prix, certains observateurs se sont dits choqués en découvrant la prime reçue par les jaunes et noirs. En effet, après son sacre, les Mimos recevaient un chèque de 20 millions de francs CFA. Une somme jugée "insignifiante" par certains. 


Aujourd'hui, la stupéfaction gagnait les ivoiriens quand ils ont découvert qu'il y  avait « pire ailleurs ». Le champion du Togo a reçu une prime quatre fois inférieure au champion ivoirien (5 millions de francs CFA).


Avec de telles sommes, l'on est en droit de se demander comment le football en Afrique subsaharienne pourrait s'en sortir. 


Comme le révèle Anthony Pla (journaliste sportif à BeIn Sport) « si l'on regarde ce qui est fait à l'Est en Ethiopie, les recettes des droits de retransmission TV du championnat pour cette année voient 60% (soit 4 millions de dollars) reversés équitablement aux 13 clubs + 25% de ces recettes qui sont basées sur la performance, le classement des clubs. Le reste, 15% sont versés au Championnat (la Ligue). Les clubs prennent 85% des revenus. Le club Ethiopien qui a touché le plus a pris 240 000 dollars, le club Ethiopien qui a touché le moins a pris 189 000 dollars soit 103.745.274 de Francs CFA, oui 103 millions soit 20 fois plus que le Champion du Togo. La Tanzanie, l’Ethiopie, le Kenya sont des pays qui ont déjà pris une avance considérable ».


Les athlètes et les clubs ont besoin de ces primes pour vivre. Quelles solutions faut-il pour notre football ?


Source: Anthony Pla

Suivez-nous pour plus de contenus...

Content created and supplied by: Negrowski (via Opera News )

l'asec mimosas togo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires