Sign in
Download Opera News App

 

 

CAN 2023 / François Amichia : «nous envisageons laisser un héritage articulé autour de six piliers»

Le ministre François Amichia, président du Comité d'organisation de la Coupe d'Afrique des nations 2023 ( COCAN2023), s’est confié à la rédaction de Esprit dans la ferveur de l’organisation de l'évènement sportif africain. Il s’est prononcé, a travers une interview accordée audit magazine, sur le respect des échéances de livraison des infrastructures, la promesse d’une célébration mémorable du sport roi et surtout l’héritage à laisser aux générations futures après le compétition.

 

La Côte d’Ivoire, pays hôte de la CAN 2023, a une vision claire de la célébration du sport roi sur ses terres et des perspectives qui en découlent. Le président du COCAN2023, François Amichia a fait des révélations dans ce sens au magazine esprit dans il fait la couverture. Accueillir un événement comme la CAN, a-t-il indiqué, requiert à la fois un ensemble d’infrastructures sportives et non sportives pour la compétition mais également et surtout des expertises bien précises et outillées pour l’organiser selon les standards fixés. Tout ceci devant servir pour la compétition et l’après compétition. 

 « Nous envisageons de laisser à la Côte d’Ivoire un héritage articulé autour de six piliers. Pour ce faire, nous allons bâtir dans une démarche inclusive un ensemble de biens matériels et immatériels, que nous laisserons en héritage à la Côte d’Ivoire et à sa population, pour aujourd’hui et pour demain. Cet héritage concerne le (1) capital humain, c’est-à-dire un vivier de jeunes Ivoiriens dotés d’une expertise dans l’organisation d’évènements sportifs d’envergure internationale ;  (2) la durabilité des infrastructures, en leur assurant une utilisation pleine, diverse et pérenne après la compétition ; (3) l’attractivité et le développement du territoire ; aujourd’hui, les villes hôtes et bien d’autres connaissent un essor grâce aux investissements qui ont été faits en termes de voirie, d’électrification, de construction et de réhabilitation de réceptifs hôteliers, d’amélioration du plateau technique des centres hospitaliers, etc… (4) le respect de l’environnement ; sur ce segment, nous allons implémenter un système de tri sélectif et créer une filière de recyclage des déchets qui seront générés à l’occasion des matchs ;(5) l’engagement, Inclusion et Education ; les populations seront sensibilisées au respect du bien public et sur bien d’autres thématiques telles que le sport et la santé ;(6) et enfin la co-construction de la mémoire de la CAN à travers l’érection de musées du Football afin que les populations puissent revivre les temps forts de ce sport, mais aussi pour renforcer l’attractivité de nos stades au-delà du sport», a-t-il déclaré. En définitive, les infrastructures et les expertises générées par l’organisation de la CAN 2023 apparaissent, à ses yeux, comme des acquis qu’il faut impérativement transmettre aux générations présentes et futures.  

En outre, il a été rassurant quant respect des échéances. Et pour cause depuis 2017, a-t-il expliqué, le gouvernement a engagé un vaste chantier d’aménagement du territoire matérialisé par la construction d’infrastructures sportives et non sportives en vue de satisfaire les exigences du cahier de charges de la Confédération Africaine de Football. « Les différents chantiers ouverts se poursuivent, de nouveaux vont commencer. Qu’il s’agisse des chantiers achevés, de ceux en cours ou de ceux encore à venir, il faut noter que tout sera prêt afin que la compétition se joue dans un environnement propice et sécurisé. Sur la question spécifique de la sécurité, les missions d’immersion que nous avons effectuées au Cameroun ont été très bénéfiques et nous comptons capitaliser sur les enseignements tirés pour éviter les incidents. Nos forces de l’ordre et de sécurité sont fortement mobilisées. D’ailleurs, il faut savoir que la présidence de notre commission Sécurité est assurée par le Directeur Général de la Police Nationale, qui accomplit un excellent travail avec les membres de sa commission», a-t-il ajouté. 

En termes d’atouts du pays, il a fait savoir que la Côte d’Ivoire affiche un taux de croissance positif ces dix dernières années. Elle s’est dotée d’infrastructures modernes et a considérablement amélioré son indice de sécurité. Elle est également reconnue pour son hospitalité. Et c’est à juste titre que notre CAN est placée sous le thème de la CAN de l’hospitalité. Cette hospitalité n’est pas seulement “accueil” de l’autre, mais aussi respect et tolérance de l’autre dans sa différence et sa diversité culturelle. En plus de ces atouts, il faut noter le leadership du président de la République, Alassane Ouattara. La Côte d’Ivoire a retrouvé sa place dans le concert des nations. « Ces éléments ont joué en faveur de notre candidature ce d’autant plus que l’organisation de grands évènements sportifs internationaux constituait l’un des quatre axes du volet sport du document-programme du président de la République», a-t-il renchéri.

Au volet des innovations, il a cité le Projet Héritage, le modèle d’organisation qui repose sur l’implication directe des jeunes Ivoiriens. Il y a aussi l’approche inclusive, qui vise à associer toutes les forces vives de la nation. A la question du report à janvier et février 2024 décidé par la Confédération africaine en raison de la forte pluviométrie observée au mois de juin, il a affirmé que le COCAN 2023 et le gouvernement ivoirien mettront à profit le temps ainsi gagné pour affiner, approfondir et densifier l’organisation dans tous les compartiments, de sorte à réaliser la plus belle CAN de l’histoire de cette compétition.  

« Il faut savoir qu’il y a un cahier des charges qui définit les contours de l’organisation. Nous nous le sommes approprié. Nous travaillons également selon les normes FIFA. Notons que nous avons effectué plusieurs missions d’imprégnation au Cameroun pour nous inspirer de leur organisation avant et pendant la phase finale. Nous avons beaucoup appris et j’en remercie les autorités camerounaises. Enfin, pour relever le défi de l’organisation nous avons mis en place une assistance technique à maîtrise d’œuvre avec Vivendi Sports, pour capitaliser sur son expertise avérée dans l’organisation de grands évènements sportifs», a-t-il conclu.


Franck K avec Esprit

 

Content created and supplied by: Franck_K (via Opera News )

COCAN2023 François Amichia

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires