Sign in
Download Opera News App

 

 

Opinion/Caf élection: la position de Jacques Anouma était-elle tenable ?

Triste fin de l'ambition de monsieur Jacques Anoma pour la conquête du fauteuil présidentiel de la caf. Fort du soutien diplomatique du gouvernement ivoirien, Jacques Anoma était sur les nuages. Les échos qui nous parvenaient, indiquaient qu'il tenait le bon bout. Mais hélas, des facteurs aussi bien endogènes qu'exogènes sont venus contrarier cette noble ambition.

Au chapitre des facteurs endogènes.

D'abord, il y a la volonté de la fifa de vassaliser La querelle de clochet qui gangrène la fif, au point de susciter l'immixtion de la FIFA dans sa gestion a été un handicap pour Jacques Anoma. Car le comité de normalisation n'avait pas l'expertise pour mener une telle bataille là où le comité exécutif qui a parrainé la candidature de monsieur Anoma pouvait utiliser les canaux habituels entre les fédérations pour actionner ses homologues. C'est pour palier cela, que le gouvernement s'est maladroitement invité dans la campagne de monsieur Jacques Anoma en faisant un communiqué officiel de ce qu'il s'impliquait dans la campagne au côté de Jacques Anoma. Communiqué qui a été exploité au tort de Jacques Anoma par ses détracteurs. D'autant plus que le fameux communiqué n'a pas pris soin d'expliciter qu'il s'agit d'un soutien purement diplomatique. La FIFA s'est engouffrée dans la brèche pour imputer à Anoma un soutien financier de l'État ivoirien. Même si Jacques Anoma a démenti information, le mal était déjà fait. À cela est venu s'ajouter à la liste des facteurs endogènes, un article en ligne qui a fait état de l'injection de cent millions de francs CFA dans la campagne de Jacques Anoma, dont la FIFA s'est servi pour ouvrir le front anti Anoma.

Au titre des facteurs exogènes.

D'abord, il y a la volonté de la FIFA de procéder à la vassalisation de la CAF en Vu des élections en son sein en 2023. N'oublions pas que la CAF pèse 54 voix. Pour mieux faire véhiculer l'argent de la corruption et d'achat des consciences en 2023, un milliardaire, et il n'y aura pas de soupçon sur le pourvoyeur de fonds. Jacques Anoma n'est pas milliardaire, il n'est pas indiqué pour un tel scénario. Ensuite, il y a le fait que la fifa ait impliquer les chefs d'État pour faire aboutir son scénario d'infantilisation des dirigeants du football africain. Nous avons encore en mémoire la mise sous administration de la CAF par la fifa. Cet soit disant compromis n'est rien d'autre qu'une suite logique de ce qui précède. À mon avis, quand le Sud Africain sera intronisé, la can passera tous les quatre ans comme le souhaite Infantino.

Ainsi, l'Afrique restera le continent de''où on peut tout nous imposer''.

C'est vraiment dommage.

Content created and supplied by: GUIMARAES (via Opera News )

caf fif fifa jacques anoma jacques anouma

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires