Sign in
Download Opera News App

 

 

OISSU : l’université de Korhogo et l’école de police s’affrontaient ce samedi

Journée festive à l’université Peleforo Gon Coulibaly de Korhogo ce week-end. Effectivement, ce samedi 01 mai, qui coïncide également avec la fête du travail, étudiants de l’université et élèves policiers s’affrontaient sur le plan sportif. Plusieurs disciplines étaient de la partie dans cette journée consacrée aux matchs retour de l’OISSU.  Que ce soit au football, au handball, au basketball et surtout au volley-ball, chacune des deux institutions voulait remporter son billet pour le prochain tour des compétitions OISSU. 


Au football, la qualification était déjà actée depuis le mercredi 28 avril 2020. Un match nul 1-1 entre étudiants et policiers qualifiait les étudiants surtout qu’ils ont gagné leur premier match 6-0 contre l’Etic. 


Au handball, l’équipe de l’université a été disqualifiée au profit des élèves policiers. La raison est dû à une réclamation posée par les policiers quant à une demande de report du match par les étudiants. Les filles sont les seuls rescapées et iront représenter l’université à Bouaké. 


Au Basketball, le match aller est remporté par les policiers avec un écart d’un point: 35-34. Au retour, le match est interrompu alors que les policiers mènent de huit points. Le match est interrompu à cause d’une utilisation présumée de gaz par les policiers pour perturber les étudiants. Le score en reste là, le match fini. L’école de police est qualifiée. 


Au volley-ball, l’équipe de l’université  domine tous les débats. Vainqueur 3 sets à 1 à l’aller, les étudiants l’emportent sur le même score aujourd’hui. L’équipe de volley-ball est donc la plus constante et la plus efficace puisqu’elle n’a laissé aucune chance de se faire rattraper. 

Vivement des moments aussi passionnants pour créer une symbiose entre étudiants et policiers. Prochaine étape pour tout le monde: Bouaké. 


Abonnez-vous pour plus de contenus !

Content created and supplied by: Negrowski (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires