Sign in
Download Opera News App

Sports

 

Soccer

 

Premier League

Liverpool : les raisons d'une mauvaise passe

En perdition depuis deux semaines, Liverpool se déplace à Budapest pour y défier Leipzig en huitième de finale aller de Ligue des champions ce mardi (21h). Retour sur ce qui fait défaut aux Reds depuis plusieurs semaines.


A Leicester samedi (3-1), les Reds ont enchaîné une troisième défaite de rang

A Leicester samedi (3-1), les Reds ont enchaîné une troisième défaite de rang Panoramic

Les semaines se suivent et se ressemblent tristement pour Liverpool, battus pour la troisième fois de suite à Leicester samedi. Jürgen Klopp, qui n’avait jamais perdu trois fois d’affilée et fêtait sa 300e sur le banc, a concédé, au bord des larmes, que son équipe n’avait d’autre choix que de renoncer au titre de champion. Décryptage d’un effondrement à l’heure de se battre pour poursuivre l’aventure en Ligue des champions, seul titre encore accessible pour les Reds.


Les récentes bourdes d’Alisson


Premier lauréat du Trophée Yachine récompensant le meilleur gardien du monde (2019), Alisson Becker est méconnaissable. Bien moins décisif dans ses cages, il est surtout l’une des causes des récentes déroutes de Liverpool. La première, même, contre Manchester City il y a une semaine (1-4), où le Brésilien a offert deux buts sur un plateau à ses adversaires à la suite de deux relances manquées au pied. Des erreurs aussi inhabituelles que cette sortie à l’emporte pièce samedi à Leicester, à l’origine du deuxième but des Foxes, qui ont pu renverser les Reds (3-1).


Une défense décimée et les débuts ratés de Kabak

La blessure grave de Virgil Van Dijk, véritable pilier de la défense des Reds, est le point de départ d’une soudaine malédiction en défense. Touché aux ligaments croisés du genou mi-octobre, le capitaine de la sélection hollandaise a été rejoint sur le flanc par son partenaire Joe Gomez, touché un mois plus tard en sélection, puis par Joel Matip début février. Tous sont absents jusque la fin de la saison. En conséquence, Liverpool a recruté à ce poste mais pallier l’absence de joueurs si importants relève d’une gageure. Arrivé en provenance de Schalke 04 cet hiver, Ozan Kabak a manqué ses débuts avec les Reds puisque sa mésentente avec Alisson a acté le retournement de situation en faveur de Leicester samedi. Son entraîneur a évoqué «une erreur portant sur un manque de communication qui arrive habituellement en pré-saison», mais le Turc n’aura eu que deux semaines pour apprendre à connaître ses partenaires.


Le rendement de Thiago interroge

Orphelin de Jordan Henderson, métronome de son équipe redescendu d’un cran pour dépanner avec une réussite inégale, le traditionnel milieu à trois des Reds souffre. Et Thiago Alcantara y fait peine à voir. Débauché du Bayern Munich, avec qui il a remporté la C1 l’été dernier, l’Espagnol est l’ombre de lui-même. Une statistique est révélatrice : il n’a toujours pas gagné à Anfield. Si cette stat est atténuée par le fait qu’il a été tenu loin des terrains plus de deux mois en raison du Covid-19 et surtout d’une blessure au genou, le génial milieu formé au Barça n’a rien changé de son style de jeu. Sa vision et ses dribbles sont à contre-emploi duzz jeu de transition des Reds. Résultat, l’Espagnol n’apporte pas son écot à son équipe. Pire, «son retour coïncide avec la chute libre de Liverpool», estime Paul Gorst, suiveur du club pour le Liverpool Echo.


>> LIRE AUSSI - Antoine Griezmann, les raisons d’une renaissance


Hormis Salah, le secteur offensif est à l'arrêt

Mohamed Salah avait fait le plus dur en ouvrant le score avec classe grâce à une assistnon moins géniale de Roberto Firmino à Leicester. Comme contre Manchester City, où il avait ramené les siens à hauteur. Mais l’Egyptien, au rendement cinq étoiles (quatre saisons consécutives à plus de 20 buts), est trop seul, puisque l’attaque est amorphe depuis plusieurs matches. Hormis les démonstrations réalisées à Tottenham puis West Ham à trois jours d’intervalle fin janvier (1-3 à chaque fois), les Reds n’effraient plus grand monde récemment. La méforme de Sadio Mané (7 buts cette saison) en est une des raisons, tandis que Firmino peine toujours à peser en termes de statistiques (6 buts). Et le banc des remplaçants n’est pas à même de fournir des solutions pérennes pour un club du standing de Liverpool.


«Les monstres de mentalité» en perte de confiance

L’absence de supporters n’explique pas tout. Si à l’évidence, les Reds marchent seuls actuellement, pandémie oblige, l’effondrement contre City puis à Leicester sonne comme l’antithèse du fighting spiritdes «monstres de mentalité», comme Klopp avait surnommé ses joueurs. Avec un mimétisme révélateur, ses joueurs ont concédé trois buts en moins de dix minutes, dix minutes après en avoir inscrit un. Mais la révolte a laissé place à l’abattement dernièrement, comme si les Liverpuldiens n’avaient pas les armes pour se sortir de cette situation. «La situation présente est un véritable challenge, et il est intéressant, a confié Klopp ce lundi. Je suis convaincu que nous nous en sortirons, pas seulement en jouant au football mais surtout en restant soudés, tout en retenant des leçons que l’on aurait pas apprises les saisons précédentes.»

Content created and supplied by: Flaashnews (via Opera News )

Liverpool Reds

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires