Sign in
Download Opera News App

 

 

Foot / Côte d’Ivoire-Malawi délocalisé au Bénin : le ministère des Sports décline toute responsabilité

Après plusieurs tergiversations, le match Côte d’Ivoire Malawi comptant pour la troisième journée des Eliminatoires de la Coupe du monde 2022, au Qatar, aura finalement lieu, le 7 octobre 2021, au stade Mathieu KEREKOU de Cotonou (au Bénin).

Ce qui était jusque-là une rumeur est désormais officielle, la Côte d’Ivoire ne jouera pas sur ses installations car ni le stade Alassane Ouattara d’Ebimpe, inauguré à grande pompe, fruit de la coopération sino-ivoirienne, ni le stade de Yamoussoukro (dont la construction est confiée à un groupement français de 4 entreprises) proposé comme une solution palliative n’ont convaincu la mission d’experts dépêchée par la Caf qui a fait la prospection des terrains.  Ce, malgré les moyens colossaux engagés par l’Etat ivoirien pour se doter d’infrastructures sportives « Plus de 500 milliards F Cfa d’investissement ». C’est ce qui ressort du point de presse du Ministère de la promotion des Sports et du Développement de l’Economie Sportive, tenu le mercredi 22 septembre 2021, au Cabinet ministériel d’Abidjan-Plateau.

Lydie YAO, Directrice de la Communication de ce département, qui était entourée pour la circonstance de YODA Mariam , Directrice de l’Office nationale des Sports (ONS), KOFFI Bertin, Directeur Général des Sports et Me ABE Simon , membre du Comité de Normalisation de la Fédération ivoirienne de Football (CN-Fif), a affirmé, à son corps défendant, que « l’équipe ivoirienne n’a pas d’autres choix que de jouer ces matchs retours à domicile à l’extérieur du pays conformément à la réglementation  de la Confédération africaine de football (Caf) ».

Justifiant ses propos, l’émissaire du ministre Claude-Paulin DANHO, explique qu’« en raison de l’état d’avancement des travaux de Yamoussoukro qui a aujourd’hui la pelouse achevée, les vestiaires disponibles et les tribunes achevées, la FIF a demandé de façon exceptionnelle d’étudier la faisabilité de jouer des matchs sur ce stade. Elle a donc saisi la CAF aux fins de voir si elle pouvait homologuer de façon ponctuelle, ces deux matchs. Mais l'environnement de ce stade n’étant pas terminé, il n’a pas été livré pour prétendre à une quelconque homologation totale et définitive ».

Elle s’est aussitôt empressée de préciser que « le stade de Yamoussoukro était une solution palliative ».

C’est à juste titre que '' la mission d’expertise de la Caf a recommandé aux autorités ivoiriennes de poursuivre les travaux et de choisir sous 48 heures un des stades homologués à l’extérieur de la Côte d’Ivoire pour accueillir ces matchs".

De ce qui précède, « la FIF a donc décidé que la Côte d’Ivoire accueillera ces matchs au stade de l’Amitié générale Mathieu KEREKOU de Bénin où tout est en œuvre afin que les choses se déroulent bien »           

Selon elle, le stade d’Ebimpé dont la pelouse est objet de toutes les critiques est fermée et doit subir des travaux complémentaires pour le remettre en état.    

Malgré ces impédimentas, Mme YAO ''la pompier de service'' a toutefois rassuré le monde sportif que la Côte d’Ivoire sera prête en juin 2022, soit 6 mois avant la Can prévue en juin et juillet 2023, en terre ivoirienne.  « Tous les chantiers de la CAN 2023 avancent bien et sont souvent suivis par le Bureau national des Etudes techniques et de Développement (BNETD), en relation avec le Office national des Sports, … malgré l’environnement délétère que peut susciter certains esprits chagrins », a-t-elle dit.

Eugène YAO

  

Content created and supplied by: eugeneyao (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires