Sign in
Download Opera News App

 

 

Compétition africaine : élimination précoce des représentants ivoiriens, à qui la faute ?

Les ivoiriens ont pris l'habitude d'assister aux fins de parcours précoces des clubs locaux en ligue des champions (C1) ou en coupe de la confédération (C2), depuis le sacre de L'ASEC Mimosas en 1998. Certes, ce dernier est parvenu à atteindre la phase de poules de la C1 en 2016 et 2018, et le Sewe Sport de San-Pedro la finale de la C2 en 2013. Mais le bilan reste malgré tout très dévalorisant pour le football ivoirien.

Le championnat ivoirien, autrefois considéré comme l'un des meilleurs du continent, n'intéresse plus les amateurs de football, qui se tournent volontiers vers les ligues européennes. Les rencontres se jouent devant un public clairsemé. Les clubs peinent à boucler leur budget et à proposer des salaires attractifs aux joueurs, car les droits télé sont modestes et la culture du sponsoring peu développé.

Dirigée par un comité de normalisation qui peine à organiser les élections, la fédération ivoirienne est gangrenée par des querelles inter-minables au détriment du rayonnement du football.

Les échecs de L'ASEC Mimosas et du FC SAN PEDRO sont aussi ceux de la Côte d'Ivoire. Il faut sortir de cette spirale négative.


A qui la faute ?

Content created and supplied by: Tchêba (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires